Dépôt de griefs contre le CISSSO

Le syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé de Gatineau a déposé... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Le syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé de Gatineau a déposé des griefs à la suite de la suspension de deux employés du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) qui ont interpellé un média de la région au sujet d'un laboratoire médical inutilisé.

Dans un communiqué publié dimanche, le syndicat affilié à la CSN affirme que l'employeur a voulu museler des personnes qui jugent inadmissible l'inutilisation du laboratoire alors que plusieurs centaines de milliers de dollars provenant des coffres de l'État ont servi à sa construction.

« La population a le droit de savoir ce qu'il advient des impôts qu'elle paie », a tranché le président du conseil central des syndicats nationaux de l'Outaouais, Michel Quijada.

« Nous exigeons ni plus ni moins que la réintégration des deux travailleurs », a ajouté la présidente du syndicat, Josée McMillan.

L'employeur a jusqu'à jeudi pour réagir au dépôt des griefs.

« Nous l'enjoignons à faire marche arrière dès maintenant et à renoncer aux mesures disciplinaires qui pèsent injustement contre les employés concernés », a indiqué le vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux, Christian Meilleur.

Les deux employés ont été suspendus sans solde après avoir permis à une journaliste de TVA Gatineau-Ottawa de pénétrer à l'intérieur de l'hôpital de Gatineau pour s'enquérir de la situation. Les suspensions sont de trois mois et de six mois. Elles ont été imposées à la suite du reportage diffusé le novembre dernier au sujet d'un laboratoire flambant neuf qui demeure inutilisé depuis plusieurs mois.

Le président-directeur général du CISSSO, Jean Hébert, a indiqué la semaine dernière que les deux employés visés ont des recours prévus dans leur convention collective, que la décision de la direction « est fondée sur la jurisprudence », et qu'elle « est juste ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer