Bilan de santé peu reluisant pour l'Outaouais

L'obésité est « en recrudescence depuis 10 ans », souligne... (Archives, AFP)

Agrandir

L'obésité est « en recrudescence depuis 10 ans », souligne la Direction de santé publique de l'Outaouais.

Archives, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Davantage de tabagisme, de consommation de drogue et d'obésité : le bilan de santé de la population de l'Outaouais demeure moins reluisant que celui observé à l'échelle provinciale.

Le Dr Jean-Pierre Courteau, adjoint médical au directeur régional de santé publique, n'est pas surpris des données dévoilées mercredi dans l'Enquête québécoise sur la santé de la population de l'Institut de la statistique du Québec. Comme ce fut le cas lors de précédentes études, l'Outaouais tire de la patte par rapport à la moyenne provinciale pour différents facteurs de risque susceptibles d'entraîner une plus grande consommation de soins de santé. « Ça correspond tout à fait à ce à quoi on s'attendait », souligne le Dr Courteau.

Bien que le taux de tabagisme chez les 15 ans et plus ait diminué en Outaouais pour s'établir à 24 % en 2014-2015, la proportion de fumeurs dans la région demeure significativement supérieure à celle de 19 % observée à l'échelle québécoise.

L'enquête révèle que globalement, l'usage de la cigarette est en baisse chez les Québécois de 15 ans et plus. La proportion de fumeurs dans cette tranche d'âge était de 24 % en 2008, de sorte que le résultat de 2014-2015 représente un recul de cinq points de pourcentage.

Par contre, la proportion de personnes ayant consommé de la drogue dans l'année précédant l'enquête est en hausse, étant passée de 13 % en 2008 à 17 % en 2014-2015.

Encore une fois, l'Outaouais affiche un résultat moins réjouissant que la moyenne provinciale à cet égard, puisque 20 % des répondants de la région ont indiqué avoir consommé de la drogue au cours des 12 mois précédents. « Non seulement on est au-dessus de la moyenne provinciale, mais on est en augmentation au Québec. C'est une source d'inquiétude », note le Dr Courteau.

L'obésité est également « en recrudescence depuis 10 ans », souligne la Direction de santé publique de l'Outaouais. En 2014-2015, la région comptait 21 % d'obèses chez les 15 ans et plus, comparativement à 19 % pour l'ensemble du Québec. Encore là, il s'agit d'une détérioration par rapport à 2008.

« Être obèse, ce n'est pas juste être un petit peu gros, insiste le Dr Courteau. Ça représente un indice de masse corporelle supérieur à 30, donc on parle de risques indéniables pour la santé. »

Le Dr Courteau souligne par ailleurs que d'importants clivages sont observés entre les différents territoires de la région, mais aussi au sein de la zone urbaine. La pauvreté, l'éducation et le taux d'emploi peuvent notamment avoir un impact sur les habitudes de vie, explique le médecin.

Dans une proportion de 13 %, les répondants de l'Outaouais ont décrit leur état de santé comme étant mauvais ou passable, comparativement à 10 % au Québec. « C'est un très bon prédicateur de la consommation de services de santé », précise le Dr Courteau.

Le rapport note par ailleurs que la détresse psychologique est aussi en hausse, particulièrement chez les femmes, près d'un tiers d'entre elles se situant à un niveau élevé de détresse.

De nouvelles thématiques ont été abordées dans cette deuxième édition de l'enquête. Ainsi, les résultats révèlent que 30 % des Québécois sont sédentaires et que près d'un cinquième de la population consomme des boissons sucrées chaque jour.

Au total, 45 760 personnes, dans toutes les régions du Québec, ont répondu à l'Enquête québécoise sur la santé de la population.

Avec La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer