Une formation médicale complète à Gatineau

L'annonce a été faite en grande pompe mardi... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'annonce a été faite en grande pompe mardi matin par le premier ministre Philippe Couillard.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce sera peut-être en 2019, assurément en 2020. Vingt-quatre étudiants seront les premiers à entamer leur formation médicale complète en Outaouais, grâce à l'implantation d'une faculté satellite de l'Université McGill.

Attendue depuis des années, la création de cette faculté décentralisée a été confirmée en grande pompe à l'hôpital de Gatineau, mardi, par le premier ministre Philippe Couillard, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David.

Le plan de match prévoit une première cohorte en 2020 - ou encore en 2019, «si on est chanceux» -, a déclaré le premier ministre. Alors que la région offrait déjà l'externat et la résidence, ce sont les 1ère et 2e années qui manquaient pour que l'intégralité de la formation médicale puisse être suivie à Gatineau.

Philippe Couillard affirme que les patients sauront tirer des bénéfices de ce «grand avancement». «Ça va transformer votre région et ça va transformer votre système de santé», a-t-il dit.

«L'effet va être visible avant que la première cohorte gradue, parce que dès que l'académique, l'enseignement arrive dans une faculté de médecine [...], ça augmente l'attraction pour les médecins», a ajouté le premier ministre, qui a salué le «leadership médical» dans ce dossier.

Citant le succès des facultés décentralisées de Trois-Rivières et Saguenay, Gaétan Barrette affirme qu'il s'agit d'«un des facteurs prédominants pour la rétention des médecins». «Près de 40% des effectifs médicaux formés en région sont restés sur place après leur formation, ce qui est énorme», a-t-il souligné.

Alors que LeDroit révélait il y a quelques années que plus de 20% des médecins d'Ottawa étaient diplômés d'une université québécoise, le premier ministre ne craint pas que l'Outaouais perde des étudiants de la future faculté satellite au profit de l'Ontario. «En fait, c'est tout le contraire qui va se passer, affirme-t-il. Les étudiants vont développer une grande familiarité avec les équipes [...] et vont avoir une tendance naturelle à vouloir revenir, et je pense qu'on sait tous, maintenant au Québec, que la question de la rémunération n'est plus un enjeu.»

Tout en voyant l'annonce gouvernementale comme «un plus» pour la région, le directeur des communications de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), Jean-Pierre Dion, croit pour sa part que l'attrait exercé par l'Ontario restera un défi pour l'Outaouais. «C'est évident qu'à elle seule, cette faculté ne règlera pas tous les problèmes d'attractivité que connaît l'Outaouais, estime M. Dion. [...] Mais c'est quand même un pas dans la bonne direction», a continué le porte-parole de la FMOQ.

En plus de la médecine familiale, la faculté satellite «inclura aussi la possibilité de formation dans les cinq spécialités de base, à savoir la médecine interne, la pédiatrie, l'anesthésiologie, la chirurgie générale et l'obstétrique-gynécologie», a précisé M. Barrette.

Investissement de 23 millions de dollars

Québec investira 23 millions $ pour la construction de locaux d'environ 3000 mètres carrés répartis sur deux étages, au-dessus de l'urgence de l'hôpital de Gatineau. L'Université McGill assumera le budget de fonctionnement.

L'Unité de médecine familiale de Gatineau déménagera pour occuper un des nouveaux étages, tandis que l'autre accueillera les étudiants en médecine. 

La faculté satellite permettra aussi d'accroître de 12 à 24 places la capacité d'accueil pour chaque année de l'externat (les deux années précédant la résidence).

La porte-parole de l'opposition officielle en matière de Santé, Diane Lamarre, a déploré le délai prévu avant l'arrivée de la première cohorte. «Dès 2014, le Parti québécois s'était engagé envers la faculté pour afin que les services et l'enseignement commencent en septembre 2016. Durant la campagne électorale, M. Couillard avait dit qu'il s'engagerait rapidement dans le projet, et là on voit qu'en septembre 2016, au moment où ça devrait être en marche avec le début de la formation de médecins en Outaouais, une région particulièrement vulnérable à cet égard, on annonce ça pour 2020. Ce n'est vraiment pas une priorité pour le gouvernement libéral», a-t-elle déploré.

- Avec Mathieu Bélanger et Charles-Antoine Gagnon, LeDroit

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer