De l'aide pour les victimes de violence sexuelle de l'Est ontarien

L'Hôpital général de Hawkesbury... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

L'Hôpital général de Hawkesbury

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les victimes d'agression sexuelle et de violence conjugale bénéficieront de soins supplémentaires à l'Hôpital général de Hawkesbury dès 2017.

Sur la photo: Denise Picard Stencer, vice-présidente aux... (Martin Brunette, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Sur la photo: Denise Picard Stencer, vice-présidente aux soins aigus et chef de direction des soins infirmiers; Chantal Leclerc, chef de direction du bureau du RLISS de Champlain; Annie Lafortune, adjointe de direction pour le député provincial de Glengarry-Prescott-Russell; et Marc LeBoutillier, directeur général de l'Hôpital général de Hawkesbury

Martin Brunette, LeDroit

«C'est un service que j'espère que personne n'aura besoin d'utiliser. On est malgré tout content d'offrir ce service plus près des gens ici», a souligné Chantal Leclerc, chef de direction du bureau du Réseau local d'intégration des services de santé (RLISS) de Champlain.

En ce moment, les victimes qui veulent déposer une accusation pour agression sexuelle doivent se rendre à Ottawa ou à Cornwall afin de subir l'examen médicolégal qui doit servir de preuve en cour. L'examen doit être effectué dans les 72 heures suivant l'agression.

Les victimes de la région de Prescott et Russell doivent présentement se déplacer dans des conditions peu idéales - et dans un état vulnérable - vers un autre établissement.

«C'était inconcevable de penser qu'une personne qui se retrouvait dans cette situation devait voyager une distance assez grande pour recevoir des soins qui sont importants dans les premières heures d'une agression», ajoute Mme Leclerc.

Dès 2017, une victime d'agression sexuelle pourra être reçue à l'urgence pour subir l'examen médicolégal, et ce, en tout temps pour ensuite être orientée vers divers services d'aide dans la région. Le programme offrira des services aux hommes, aux femmes, aux personnes transgenres ainsi qu'aux aînés. Un montant de 221 000$ sera accordé au programme lors de la première année afin de former du personnel infirmier.

«Le montant servira également à l'embauche d'une coordonnatrice de programme qui sera chargée de l'éducation et de la formation avec nos partenaires. Une travailleuse sociale avec une formation spécialisée sera embauchée pour répondre aux besoins des victimes», a précisé Denise Picard Stencer, vice-présidente aux soins aigus et chef de direction des soins infirmiers.

Lors des années suivantes, 333 000$ seront versés annuellement à l'Hôpital général de Hawkesbury pour maintenir le programme.

Le projet, qui mûrit depuis plusieurs années maintenant, est le fruit d'une collaboration entre 34 partenaires communautaires, dont la Coalition de Prescott-Russell pour éliminer la violence faite aux femmes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer