Dix secondes pour prévenir une noyade

Plusieurs sauveteurs de la Ville de Gatineau et... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Plusieurs sauveteurs de la Ville de Gatineau et des représentants de médias ont participé, vendredi, à des épreuves de sauvetage aquatique à la piscine extérieure du parc Fontaine, dans le secteur Hull.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Dix secondes suffisent pour qu'un enfant se noie.

C'est avec cette phrase-choc en tête plusieurs sauveteurs de la Ville de Gatineau et des représentants de médias ont participé, vendredi, à des épreuves de sauvetage aquatique à la piscine extérieure du parc Fontaine, dans le secteur Hull.

L'activité était organisée en prévision de la Semaine nationale de prévention de la noyade, qui se tient du 18 au 24 juillet. 

Lors des épreuves en piscine, vendredi, les sauveteurs sont allés chercher une lourde brique au fond de la piscine et l'ont remontée à la surface pendant une vingtaine de secondes. Dans une autre, ils ont eu à tirer jusqu'au bord de la piscine un mannequin rempli d'eau ayant le même poids qu'un adulte. Tout le monde a passé le test, incluant les représentants des médias.   

La Semaine de la prévention de la noyade sera marquée par diverses activités quotidiennes dans les piscines et sur les plages de Gatineau.

Un groupe de 163 sauveteurs travaillent cet été pour assurer la sécurité dans les huit piscines extérieures, huit pataugeoires, trois centres aquatiques et trois plages. 

Ils ont tous complété 140 heures de formation et doivent répondre à des standards élevés. Deux fois par année, ils doivent démontrer leurs aptitudes. Ils sont aussi invités à s'entraîner en équipe plusieurs fois dans l'année.

«Nos sauveteurs suivent une formation intensive et doivent répondre à des standards plus élevés que partout ailleurs au Québec. S'ils échouent, ils ont quatre semaines pour réussir. Sinon, ils ne peuvent avoir l'emploi. Ils prennent donc l'entraînement au sérieux, et le taux de réussite est élevé», a indiqué Martin Goulet, gestionnaire aquatique à la Ville de Gatineau.

La majorité des noyades surviennent dans des lieux non sécurisés, spécialement dans les piscines résidentielles, les lacs et les rivières. C'est très rare qu'une noyade survienne dans un endroit où il y a des sauveteurs, a rappelé M. Goulet. 

Toutes les piscines et plages municipales ont un défibrillateur externe automatisé accessible pendant les heures d'ouverture.  Sur les plages, ils sont disponibles seulement lorsque les sauveteurs sont présents.

La popularité de la natation ne fait pas de doute à Gatineau. En 2015, 14 000 citoyens ont participé à plus de 1758 cours de natation qui incluaient des notions de sauvetage et de sécurité aquatique. 

En plus des activités quotidiennes qui sont prévues sous différents thèmes, à compter de lundi, la Ville organise des activités liées à la prévention aquatique les mardis et jeudis, entre 13h et 16h, jusqu'au 20 août.

Baignade autorisée à la plage Moussette

La plage Moussette... (Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

La plage Moussette

Archives LeDroit

La plage du parc Moussette est désormais réouverte au public pour la baignade.

Le ministère de l'Environnement du Québec a annoncé vendredi que la plage du secteur Hull répondait aux normes de qualité bactériologique des eaux avec une note de «C», à la suite des prélèvements effectués mercredi.

L'accès au site avait été temporairement interdit en milieu de semaine en raison d'une contamination bactériologique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer