«Minuit moins une» à La RessourSe

La RessourSe pourrait voir ses patients transférés à... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La RessourSe pourrait voir ses patients transférés à l'Hôpital de Hull.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) se dit contraint de mettre en oeuvre un scénario de dernier recours pour assurer les services médicaux aux patients hospitalisés du centre de réadaptation La RessourSe.

Les patients sur place devront être transférés vers l'Hôpital de Hull dès vendredi, à moins d'une entente de dernière minute avec les médecins pour répartir la charge de travail.

La capacité d'admission, de prise en charge et de garde médicale au sein de l'établissement spécialisé est compromise par le départ imminent des trois omnipraticiens qui y sont affectés. Deux d'entre eux doivent quitter le 15 juillet et le troisième au début août.

« On va tout faire pour ne pas mettre notre plan en oeuvre. On a d'autres choses sur la table qui seraient plus favorables pour la clientèle, mais il est minuit moins une », indique Jean Hébert, pdg du CISSSO.

Des discussions ont lieu avec les médecins de l'Hôpital de Hull pour maintenir la couverture médicale à La RessourSe et ainsi éviter de mettre en place le plan de contingence. La direction du CISSSO a bon espoir que le transfert des patients vers l'hôpital sera une mesure temporaire et assure que les services de réadaptation seront offerts en tout temps au centre, qui est relié à l'hôpital par une passerelle. 

« C'est loin d'être idéal, concède M. Hébert. Actuellement, c'est la seule solution pour maintenir un niveau de service et tenter de trouver une solution. »

En raison de la loi 20 du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, les médecins généralistes de l'Hôpital de Hull ne peuvent pas suivre ou traiter les patients à La RessourSe sans avoir à ajouter des patients supplémentaires à leur clientèle. 

« On ne peut pas prendre un médecin et le déplacer dans une autre installation sans qu'il doive respecter certaines règles. Il y a certaines règles avec lesquelles il est facile de composer et d'autres qui sont plus compliquées », explique le docteur Guy Morissette, directeur des services professionnels.

Déjà connu depuis un mois

Les trois médecins démissionnaires ont fait part de leur intention de quitter pour pratiquer ailleurs dans le réseau, il a plus d'un mois. 

Dès qu'une solution temporaire pour palier à la situation sera mise en place, le CISSSO tentera de trouver des omnipraticiens pour remplacer ceux qui quittent.

La direction compte faire appel à quatre médecins qui s'occuperont de la charge médicale du centre de réadaptation. L'effectif supplémentaire permettra de répartir la charge de travail et de la consolider.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer