Entente douce-amère au Centre 24/7

À contrecoeur, les employés du Centre d'aide 24/7 ont entériné lundi soir une... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À contrecoeur, les employés du Centre d'aide 24/7 ont entériné lundi soir une entente de principe qui pave la voie à la signature d'une entente collective pour la première fois en six ans.

La convention collective des employés du centre est échue depuis 2010. Les difficultés financières de l'organisme ont retardé les négociations à de multiples reprises.

Dans l'entente adoptée lundi, les employés consentent à un recul sur toute la ligne, selon le président du syndicat, Patrice Brisson. Les travailleurs du Centre 24/7 verront leur salaire être réduit, ainsi que leurs avantages sociaux.

« On a essayé de ménager le chou et la chèvre, donc de penser aux besoins du centre, mais aussi à ceux des employés. »

M. Brisson affirme que la menace de fermeture du Centre d'aide 24/7 a pesé lourd dans la balance au cours des négociations. Il estime que les travailleurs ont contribué leur juste part et que c'est maintenant au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) de faire son bout de chemin pour éviter la fermeture.

« Ça laisse un goût amer parce qu'on est convaincu que ce n'est pas au travailleur, qui est déjà sous-payé, de faire ça. Surtout pour un service qui est dit essentiel, qui est le prolongement direct des services du CISSSO. Le Centre 24/7 a cette particularité que la majorité de ses références proviennent de l'institutionnel. »

Patrice Brisson croit également que le fait d'être syndiqué aura permis aux employés d'éviter des coupes salariales bien plus importantes.

Le président du syndicat entend maintenir la pression afin d'obtenir un meilleur financement pour le Centre 24/7.

« On dirait que le seul levier de force qu'on a, c'est lorsque l'organisme est sur le point de fermer. On l'a vu avec Mélaric (centre de désintoxication), il a fallu se rendre [jusqu'à la fermeture] pour finalement avoir un financement qui leur permet de vivre. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer