Le dépistage d'ITSS sans rendez-vous enfin disponible en Outaouais

La mise sur pied de ce service réclamé... (Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien)

Agrandir

La mise sur pied de ce service réclamé depuis plusieurs années en Outaouais a été accélérée par la décision de Santé publique Ottawa, l'été dernier, de ne plus accepter les demandes non urgentes de résidents de la rive québécoise.

Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'accès sans rendez-vous à des tests de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) a officiellement commencé, lundi, au CLSC Saint-Rédempteur, dans le secteur Hull.

La mise sur pied de ce service réclamé depuis plusieurs années en Outaouais a été accélérée par la décision de Santé publique Ottawa, l'été dernier, de ne plus accepter les demandes non urgentes de résidents de la rive québécoise se présentant à la clinique de santé-sexualité de la rue Clarence, dans le marché By.

La commande était de taille pour le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), puisqu'environ 4000 patients québécois se présentaient chaque année dans la clinique ottavienne.

Le CISSSO est parvenu à mettre en place une «refonte» de ses ressources afin d'affecter du personnel à ce nouveau service. L'accès sans rendez-vous est désormais possible les mardis et jeudis, entre 13h et 20h30. Il est également possible de prendre un rendez-vous pour des plages horaires les lundis, entre 8h30 et 16h30, ou encore les mercredis, entre 13h et 21h

Infirmière affectée à ce nouveau service, Karine Chevalier anticipe déjà un bon achalandage. «On dépiste quand même environ 2000 cas d'ITSS annuellement en Outaouais, et ça va toujours en augmentant», a-t-elle indiqué.

Outre le dépistage, le personnel sera en mesure de prodiguer des conseils de prévention sur la transmission des ITSS, a précisé Mme Chevalier. «Un corridor de service vers les ressources appropriées» est aussi déjà en place pour les patients qui auront besoin d'être référés.

Les personnes chez qui les tests auront démontré la présence d'une ITSS seront contactées afin d'obtenir un suivi et un traitement avec un médecin ou une infirmière praticienne spécialisée du CLSC. Un service de vaccination sera aussi offert pour les patients qui voudraient une protection contre l'hépatite ou le virus du papillome humain, a indiqué Mme Chevalier en précisant que la clinique de dépistage s'adresse à l'ensemble de la population de la région âgée de 14 ans ou plus, avec ou sans symptômes.

L'adjoint au président-directeur général du CISSSO, Benoît Gauthier, a pour sa part fait savoir qu'un bilan sera fait après quelques mois afin d'ajuster, au besoin, l'offre à la demande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer