Bien peu d'infirmières en Outaouais

Après la ceinture montréalaise, c'est l'Outaouais qui affiche le plus faible... (Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après la ceinture montréalaise, c'est l'Outaouais qui affiche le plus faible taux d'infirmières par tranche de 100 000 habitants au Québec.

Les plus récentes données diffusées par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) révèlent qu'entre 2011 et 2015, le nombre d'infirmières autorisées oeuvrant en Outaouais est passé de 1794 à 1907, soit un gain net de 113.

En termes de proportions, cela signifie que la région comptait l'an dernier 498 infirmières par 100 000 habitants, comparativement à 480 infirmières par 100 000 habitants en 2011.

Pour 2015, les seuls taux les plus faibles ont été observés en périphérie de Montréal, soit à Laval (460 infirmières par 100 000 habitants), dans Lanaudière (482), en Montérégie (487) et dans les Laurentides (496).

Avec 498 infirmières pour 100 000 résidents, l'Outaouais arrive loin derrière d'autres régions intermédiaires comme l'Estrie (824 infirmières par 100 000 habitants), la Mauricie-Centre-du-Québec (700) ou encore le Saguenay-Lac-Saint-Jean (842).

Possible facteur d'écart

Au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), on avance que l'un des facteurs expliquant cet écart est la plus grande proportion de postes à temps plein, qui atteint 64% chez les infirmières de la région.

L'Outaouais se retrouve ainsi parmi les régions où l'on observe les plus forts taux d'infirmières occupant un emploi à temps complet, puisque «la moyenne est autour de 50 à 55%», souligne le président-directeur général adjoint du CISSSO, le Dr Daniel Tardif.

Tout en avouant avoir été «surpris» par les chiffres diffusés par l'ICIS, le Dr Tardif affirme que l'Outaouais souffre beaucoup moins - en termes d'effectifs infirmiers - qu'il y a quelques années.

«On a trouvé des infirmières pour 95% de notre structure, précise-t-il. [...] Ça demeure fragile, mais la profondeur de la pénurie qu'on a ressentie il y a quatre ou cinq ans est bien moindre.»

Bon an mal an, le CISSSO embauche 177 infirmières, alors que 38 autres quittent le navire. 

Des statistiques qui montrent, selon M. Tardif, que les primes spéciales offertes dans l'Outaouais et l'ajout de cohortes dans les formations en soins infirmiers offertes dans la région ont porté fruit. Les gestionnaires doivent tout de même garder en tête que la région connaît une forte croissance démographique, et que plusieurs résidents de l'Outaouais viennent d'ailleurs, de sorte que certains sont susceptibles de partir retrouver les leurs afin la fin de leur carrière.

Le Dr Tardif se réjouit par ailleurs de voir que le recours à la main-d'oeuvre indépendante en soins infirmiers est en chute libre dans la région. Le recours aux heures supplémentaires demeure toutefois nécessaire pour près de 7% du nombre total d'heures travaillées.

Taux d'infirmières par 100 000 habitants (2015)

  • Nunavik: 1485
  • Capitale-Nationale: 1086
  • Nord-du-Québec: 1011
  • Montréal: 991
  • Terres-Cries-de-la-Baie-James: 933
  • Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine: 893
  • Saguenay-Lac-Saint-Jean: 842
  • Bas-Saint-Laurent: 831
  • Estrie: 824
  • Côte-Nord: 820
  • Abitibi-Témiscamingue: 773
  • Mauricie-Centre-du-Québec: 700
  • Chaudière-Appalaches: 582
  • Outaouais: 498
  • Laurentides: 496
  • Montérégie: 487
  • Lanaudière: 482
  • Laval: 460
  • À l'échelle du Québec: 731
  • À l'échelle du Canada: 706
Source: Institut canadien d'information sur la santé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer