Les urgences de l'Outaouais bondées de cas non urgents

Aux hôpitaux de Hull et de Gatineau, en... (Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Aux hôpitaux de Hull et de Gatineau, en 2014-2015, la proportion de visites non urgentes a atteint respectivement 62% et 63%, alors que la moyenne des établissements comparables de la province se situait à 50%.

Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La pénurie de médecins de famille qui sévit en Outaouais se répercute sur le nombre de cas non prioritaires qui aboutissent dans les salles d'urgence.

Le plus récent rapport du commissaire à la santé et au bien-être (CSBE), Robert Salois, révèle que la majorité des patients se présentant dans les urgences de l'Outaouais se voient attribuer un niveau de priorité 4 ou 5, des codes réservés au cas les moins urgents. Dans son dernier rapport avant l'abolition du poste de CSBE, Robert Salois précise que dans la majorité des cas, ces patients «pourraient être traités ailleurs».

Aux hôpitaux de Hull et de Gatineau, en 2014-2015, la proportion de visites non urgentes a atteint respectivement 62% et 63%, alors que la moyenne des établissements comparables de la province se situait à 50%.

Directeur des services professionnels au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), le Dr Guy Morissette ne cache pas que le premier facteur expliquant ces données, «c'est clairement l'accès aux médecins de famille». D'autres raisons peuvent aussi influencer ces résultats, souligne-t-il en donnant l'exemple de patients inscrits auprès d'un groupe de médecine familiale qui ignorent qu'ils sont ouverts les fins de semaine.

Dans les urgences où atterrissent souvent les cas les plus complexes, ceux qui sont moins prioritaires peuvent écoper. «Les priorités 1 et 2, ce sont des situations complexes, qui demandent plusieurs interventions, où les patients sont très instables, alors ça draine les ressources, explique le Dr Morissette. S'il y a plusieurs cas urgents en même temps, les médecins identifiés pour voir les priorités 4 et 5 vont aller donner un coup de main.»

Généralement, dans la région, plus l'urgence est petite, plus le taux de cas non prioritaires est élevé. À l'urgence de l'hôpital de Papineau, sur le total des patients reçus, 65% étaient des cas non urgents. Cette proportion augmente à 75% à Maniwaki, à 79% à Wakefield et à 84% à Shawville. Aux CLSC de la Petite-Nation et de Fort-Coulonge, les seules urgences de la région sans possibilité d'hospitalisation, il y avait respectivement 87% et 93% de cas non prioritaires.

Délai de prise en charge

Les urgences de l'Outaouais qui reçoivent les plus faibles proportions de cas urgents sont plus promptes à répondre au besoin de consultation médicale.

Dans les urgences des trois hôpitaux situés dans la ville de Gatineau, les patients attendaient en moyenne de 3h21 à 4h16 avant de voir un médecin, tous niveaux de priorité confondus, en 2014-2015. L'attente moyenne était bien moins longue dans les deux urgences situées dans des CLSC ruraux de la région. À Fort-Coulonge, les patients attendaient en moyenne moins d'une heure.

Tout en soulignant que «les dynamiques» sont «très différentes» entre les urgences urbaines et rurales, le Dr Morissette affirme que le CISSSO travaille déjà dans la même optique que «plusieurs recommandations» se trouvant dans le rapport du commissaire. «On regarde entre autres la productivité des urgentologues, dit-il. Par nécessairement le nombre de patients qu'ils voient, mais plutôt les obstacles à leur travail. On a un chantier qui traite de ça.»

La mini-urgence pédiatrique, ouverte l'an dernier, a aussi permis de réduire le nombre de cas non prioritaires des hôpitaux.

Le Dr Morissette s'est par ailleurs dit «heureux» que le commissaire, malgré l'annonce de l'abolition de son poste, ait pu compléter ses travaux comparatifs sur les urgences. «On attendait les observations du commissaire», a-t-il mentionné.

Des patients récurrents

Les mêmes visages reviennent souvent dans les urgences de l'Outaouais.

Les données contenues dans le plus récent rapport du commissaire à la santé et au bien-être démontrent que, dans chaque urgence de la région, au moins un patient sur 10 y a effectué trois visites ou plus en une seule année.

Les urgences du CLSC de Fort-Coulonge et de l'hôpital de Maniwaki sont celles où la proportion de patients s'y étant présentés au moins trois fois en 2014-2015 est la plus élevée, avec des taux respectifs de 27% et 25%. À l'opposé, les urgences des hôpitaux de Hull et de Gatineau sont celles où les patients «réguliers» sont les moins nombreux. Sur l'ensemble des patients traités dans ces deux urgences urbaines en 2014-2015, 11% s'y sont rendus trois fois ou plus, un taux qui s'établit dans la moyenne des hôpitaux similaires de la province.

Ceux qu'on appelle les «grands utilisateurs» sont souvent des patients souffrant de maladies chroniques ou de problèmes de santé mentale, note le directeur des services professionnels du CISSSO, le Dr Guy Morissette.

«Il faut trouver des portes d'accès à des services autres que l'urgence pour ces gens-là», dit-il en espérant que le nouveau guichet provincial d'accès à un médecin de famille permettra de libérer les urgences d'une partie de ces «grands utilisateurs».

Taux de cas non prioritaires dans les urgences en 2014-2015

  • Hôpital de Hull: 62%
  • Hôpital de Gatineau: 63%
  • Hôpital de Papineau: 65%
  • Hôpital Maniwaki: 75%
  • Hôpital de Wakefield: 79%
  • Hôpital du Pontiac: 84%
  • CLSC Petite-Nation: 87%
  • CLSC de Fort-Coulonge: 93%
Source: Commissaire à la santé et au bien-être

Délai moyen avant la prise en charge médicale à l'urgence en 2014-2015

  • Hôpital de Papineau: 4h16
  • Hôpital de Gatineau: 4h10
  • Hôpital de Hull: 3h21
  • Hôpital Maniwaki: 2h29
  • Hôpital de Wakefield: 2h25
  • Hôpital du Pontiac: 1h54
  • CLSC Petite-Nation: 1h27
  • CLSC de Fort-Coulonge: 0h56
Source: Commissaire à la santé et au bien-être

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer