Les urgences québécoises, les pires en Occident

Le Commissaire à la santé et au bien-être... (Archives LeDroit)

Agrandir

Le Commissaire à la santé et au bien-être fait un constat dévastateur sur la situation qui prévaut dans les salles d'urgence au Québec.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le Québec affiche la pire performance du monde occidental quant aux délais d'attente à l'urgence.

Le constat dévastateur est fait par le Commissaire à la santé et au bien-être dans un rapport, rendu public jeudi, qui compare la situation dans les salles d'urgence au Québec avec celle observée ailleurs au Canada et dans le monde.

Au Québec, le nombre de personnes devant attendre cinq heures et plus à l'urgence atteint 35%, soit la pire performance au Canada et dans l'ensemble des pays occidentaux ayant un niveau de vie comparable. En Ontario, la proportion chute à 15%, puis à 5% en Allemagne et aux États-Unis et à seulement 2% en Suisse.

Le rapport d'une centaine de pages, intitulé Apprendre des meilleurs: étude comparative des urgences du Québec, indique que la situation peut varier énormément d'un hôpital à l'autre au Québec.

Le commissaire, Robert Salois, en conclut donc que le gouvernement devrait s'inspirer des hôpitaux où l'attente est faible pour généraliser certaines bonnes pratiques de gestion.

La piètre performance du Québec représente un coût énorme pour la société, alors qu'en 2015-2016, 1,5 million de visites à l'urgence ont dépassé le délai maximal d'attente établi par le ministère de la Santé. Ces délais indus ont engendré, pour les patients, 13 millions d'heures d'attente en trop, a calculé le commissaire.

Il écrit dans son rapport que l'encombrement des salles d'urgence et les délais sont devenus un phénomène chronique au Québec, un problème socialement inacceptable qui dure depuis trop longtemps.

Il pointe du doigt le manque de leadership et de volonté de la part des autorités à donner la priorité à ce problème récurrent du réseau de la santé.

M. Salois a présenté dans son rapport au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, neuf recommandations pour corriger la situation et désengorger les urgences, notamment en donnant un rôle accru aux infirmières.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer