Pas de fermeture de lits cet été... pour économiser

Tout en maintenant la fermeture estivale de certaines... (Mariane L. St-Gelais, Archives La Tribune)

Agrandir

Tout en maintenant la fermeture estivale de certaines lignes dans ses blocs opératoires, le CISSSO a choisi de ne pas toucher aux lits des différentes unités de soins.

Mariane L. St-Gelais, Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les hôpitaux de l'Outaouais dérogeront à leurs habitudes estivales en ne procédant à aucune fermeture de lits cette année, une décision qui devrait même générer des économies, a appris LeDroit.

Année après année, l'information a toujours fait la manchette. Tant de lits allaient être fermés à l'hôpital de Hull pendant l'été, tant d'autres à l'hôpital de Gatineau. C'était le même scénario dans les autres centres hospitaliers de la région - et un peu partout en province.

L'été 2016 marquera cependant un changement de cap aux quatre coins de l'Outaouais.

Tout en maintenant la fermeture de certaines lignes dans ses blocs opératoires pour l'été, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a choisi de ne pas toucher aux lits des différentes unités de soins des hôpitaux de la région.

«Au cours des dernières années, on prévoyait toujours de procéder à des fermetures de lits en raison d'une baisse d'achalandage anticipée durant la période estivale, mais il arrivait fréquemment qu'il y avait au contraire une hausse de la demande, a expliqué la porte-parole du CISSSO, Geneviève Côté. Cela nous obligeait à rouvrir des lits et à payer le personnel en temps supplémentaire, ce qui n'était pas nécessairement optimal. Dans certains cas, ça finissait par nous coûter plus cher de fermer une unité que si on avait prévu la garder ouverte durant tout l'été.»

Des «économies réelles» 

Selon les plus récentes prévisions du CISSSO, des «économies réelles» découleront de cette décision de garder tous ses lits de soins de courte durée ouverts cet été.

«En ne fermant pas d'unités durant la période estivale, ça nous permet d'économiser du côté des unités de débordement, qui n'auront pas à être ouvertes.»

Au cours des dernières années, les fermetures estivales de lits dans les différents centres hospitaliers de l'Outaouais se comptaient par dizaines.

L'an dernier, par exemple, 26 lits avaient été mis hors service pendant l'été à l'hôpital de Hull, et 14 autres avaient été fermés à l'hôpital de Gatineau. En 2008, dans l'ensemble de la région, pas moins de 80 lits avaient subi le même sort pendant l'été.

Le CISSSO souligne qu'il y aura tout de même certaines unités où l'achalandage diminuera pendant l'été 2016. Les ressources humaines qui y sont normalement affectées pourraient donc être transférées sur une base temporaire vers des unités où la demande est plus grande, précise Mme Côté.

Les lits vacants ne seront toutefois pas fermés, de sorte qu'en cas de besoin, du personnel sera disponible pour y accueillir et y soigner des patients. Certains employés absents pourraient aussi ne pas être remplacés, une décision qui sera prise en fonction des besoins, assure le CISSSO.

Ralentissement aux blocs opératoires

Les hôpitaux de l'Outaouais dérogeront à... (Ivanoh Demers, Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Ivanoh Demers, Archives La Presse

Même si tous les lits demeureront ouverts cet été dans les centres hospitaliers de l'Outaouais, une réduction des activités est prévue dans les différents blocs opératoires.

À l'hôpital de Gatineau, qui compte 6,5 lignes opératoires, il n'y en aura que trois d'ouvertes lors des semaines les plus touchées. Du côté de l'hôpital de Hull, une des cinq lignes opératoires sera fermée pendant quatre semaines, tandis que deux lignes le seront pendant huit semaines.

Une réduction des activités affectera aussi d'autres services à divers moments au cours de l'été, notamment lors des jours fériés. Ce sera entre autres le cas pour les cliniques externes, la clinique d'immunodéficience et la clinique d'ophtalmologie.

Tests Pap: délais en baisse au CISSSO

Les délais d'attente pour obtenir les résultats d'un test de dépistage du cancer de l'utérus ont été réduits ces derniers mois en Outaouais.

Après que LeDroit eut révélé l'hiver dernier que les femmes de la région devaient attendre près de six mois pour obtenir leurs résultats après un test Pap de routine, le CISSSO avait assigné un technologue supplémentaire à l'analyse de ces examens de dépistage.

«À la mi-mai 2016, nous avions 4183 lames à lire, comparativement à 9827 en mars, a fait savoir la porte-parole du CISSSO, Geneviève Côté. Nous lisons présentement les lames du 24 mars 2016, ce qui veut dire que nous sommes en deçà de la norme provinciale de 60 jours ouvrables.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer