L'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa fête ses 40 ans

Sur la photo: le Dr Rob Beanlands, chef... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Sur la photo: le Dr Rob Beanlands, chef de la division de cardiologie; le maire d'Ottawa, Jim Watson; le Dr Wilbert Keon, fondateur de l'institut; le Dr Thierry Mesana, pdg de l'institut; et la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa a fait bien du chemin depuis sa création en 1976. Quarante ans et 100 000 patients plus tard, cet établissement fait l'envie de la communauté internationale.

Joyau médical de la région et du Canada, il s'est taillé une place enviable en matière de traitement des maladies cardiovasculaires et des transplantations, se classant au troisième rang des instituts de recherche à l'échelle mondiale, a rappelé son président-directeur général, le Dr Thierry Mesena.

Pour souligner le 40e anniversaire de l'institution, le maire d'Ottawa, Jim Watson, a remis une plaque commémorant le 11 mai comme étant la Journée de l'Institut de cardiologie à ses dirigeants.

C'est une institution qui a une histoire, un héritage et un état d'esprit unique - et où le premier coeur artificiel a été posé au Canada -, a fait a valoir le Dr Mesena. Français d'origine, il a pris les rênes de cet institut il y a 15 ans, attiré par la possibilité d'y faire de la recherche et de traiter des patients.

C'est grâce à la vision du Dr Wilbert Keon que cet institut a vu le jour en 1976. Celui-ci a rappelé qu'il voulait créer un institut réputé à l'avant-garde des avancées technologiques. «Nous avons fait ce qu'il fallait faire et nous avons atteint notre objectif», a-t-il indiqué devant un parterre de dignitaires rassemblés devant l'édifice de l'institut, à Ottawa.

Selon le Dr Keon, l'Institut de cardiologie se démarque grâce à la qualité des soins qui y sont offerts. Les médecins, infirmières et techniciens feront absolument n'importe quoi pour un patient, a-t-il souligné.

Depuis 40 ans, le principal changement qui s'est opéré à l'institut, ce sont les efforts de prévention des maladies cardiovasculaires et l'utilisation de techniques «moins invasives», a fait savoir le Dr Mesena.

Au coût de 200 millions $, l'Institut de cardiologie se dotera d'une nouvelle tour de quatre étages où seront situés les salles d'opération, les laboratoires d'électrophysiologie et de cathétérisme et l'unité de soins intensifs. Les nouvelles installations ultramodernes comprendront cinq salles d'opération, neuf salles de cathétérisme et d'électrophysiologie et 27 lits de soins intensifs.

Il s'agit d'une augmentation de la capacité de traitement de 20%, a précisé le Dr Mesena, ce qui permettra de réduire les temps d'attente. Les travaux de construction commenceront en 2016 et s'échelonneront sur deux ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer