Faire un doigt d'honneur au cancer

Jean-François Gauthier l'avoue: apprendre qu'il avait un cancer... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Jean-François Gauthier l'avoue: apprendre qu'il avait un cancer à l'âge de 30 ans lui a fait peur. Mais il l'a vaincu et en est fier.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir vaincu le cancer, le Gatinois Jean-François Gauthier veut lancer un cri de ralliement très cru pour donner espoir à ceux et celles aux prises avec la maladie.

Son organisme à but non lucratif n'est pas encore lancé que déjà, des milliers d'internautes ont visionné les premières vidéos d'un mouvement dont le nom n'a pas été choisi au hasard: fuckucancer.ca.

Jean-François Gauthier a 30 ans, deux enfants et une petite compagnie de production vidéo.

Le 20 février dernier, à 18 heures précises, le diagnostic d'un cancer à un testicule l'a frappé comme «un coup de masse dans la face». Quatre jours après avoir été foudroyé par la nouvelle, il se couchait sur la table d'opération, avant de devoir s'immobiliser pour deux semaines de convalescence pendant lesquelles il ne pouvait plus marcher.

«Ça a été rough. On ne s'attend pas, à 30 ans, de se faire dire qu'on a un cancer, s'est ouvert le jeune père. Le cancer, c'est un mot qui fait peur; ça annonce la mort, ça annonce toutes sortes de choses. On ne sait pas trop quoi penser.»

«Je sais qu'il y a des gens qui vont trouver ça vulgaire, mais pour moi, le cancer, il ne mérite pas de beaux mots. Il ne mérite pas d'être embelli.»

Jean-François Gauthier

Pour l'aider à tenir le coup, plusieurs personnes ayant vaincu le cancer l'ont contacté sur les médias sociaux pour partager leur propre histoire.

L'initiative a fait du bien à Jean-François, qui s'est senti compris, mais aussi aux internautes, qui ont eu une occasion de ventiler leur colère. D'une envie de prolonger cet échange mutuellement apaisant a éclos l'idée de réaliser des capsules vidéos de témoignages de gens ayant combattu ou qui sont encore aux prises avec la maladie, et de les diffuser sur une nouvelle plateforme web.

Les origines du concept 

Quant au choix de l'adresse web, qui deviendrait aussi le nom de l'organisme, l'idée découle d'une photo vue sur les réseaux sociaux, sur laquelle une dame âgée et son petit-fils de 17 ans brandissent leurs majeurs devant la caméra, tout sourire, pour envoyer paître la tumeur qui aurait bientôt raison de la grand-mère.

«Je sais qu'il y a des gens qui vont trouver ça vulgaire, mais pour moi, le cancer, il ne mérite pas de beaux mots. Il ne mérite pas d'être embelli. Et c'est ce que pensent aussi les gens qui ont vécu le cancer.»

Pour l'instant, deux vidéos ont été mises en ligne pour diffuser les témoignages de la blogueuse Lori Grégoire Brière et de Jean-François lui-même. D'autres capsules seront éventuellement produites auprès de gens de Montréal et de Québec, selon les témoignages reçus. Le fondateur de l'organisme en devenir planche également sur un blogue et sur une gamme de produits promotionnels, dont les profits seront remis à un organisme qui oeuvre dans la même veine.

Et encore, il reste de nombreux projets dans les cartons: événements, levées de fonds, magazine... Jean-François en rit. «Pour l'instant, on va se concentrer sur la plateforme web!»

Fuckucancer.ca sera lancé le 24 mai, au bar Minotaure, dans le secteur Hull.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer