Ajout d'une deuxième dose du vaccin contre la varicelle

L'implantation de la deuxième dose du vaccin contre... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

L'implantation de la deuxième dose du vaccin contre la varicelle se fera à compter du 1er avril 2016, a indiqué le ministère de la Santé.

ARCHIVES, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les petits bras des enfants de quatre à six ans devront subir une piqûre supplémentaire pour respecter le calendrier d'immunisation du Québec, auquel s'ajoutera dès le mois prochain une deuxième dose du vaccin contre la varicelle.

L'implantation de la deuxième dose au calendrier de vaccination gratuite se fera à compter du 1er avril, a indiqué le ministère de la Santé par voie de communiqué, mardi.

«Cette seconde dose permettra d'améliorer la protection de l'enfant, d'avoir un meilleur contrôle de cette infection et de réduire le nombre de cas, précisent les autorités de santé publique. Cette nouvelle mesure découle d'une recommandation du Comité sur l'immunisation du Québec, lequel s'appuie notamment sur des études ayant confirmé l'efficacité supérieure d'un calendrier à deux doses par rapport à un calendrier ne comportant qu'une seule dose du vaccin, ainsi que sur une pratique déjà répandue ailleurs au Canada et aux États-Unis.

Conséquences

Le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, a rappelé dans le communiqué que la varicelle est «une infection très contagieuse qui peut parfois avoir des conséquences sérieuses, comme une pneumonie, une encéphalite, du zona et autres». Avant que le programme de vaccination contre la varicelle ne soit implanté, l'infection causait des centaines d'hospitalisations d'enfants chaque année dans la province. «Heureusement, depuis, ce nombre a diminué de près de 90%», affirme le Dr Arruda. 

La deuxième dose contre la varicelle sera intégrée au programme de vaccination préscolaire visant les enfants de 4 à 6 ans, qui prévoit déjà un rappel du vaccin dcaT-Polio. La première dose du vaccin contre la varicelle est administrée à 18 mois, par le biais d'une seule injection protégeant également l'enfant contre la rougeole, la rubéole et les oreillons.

Certaines personnes vaccinées pourraient tout de même développer la varicelle. Dans un tel cas, la maladie est beaucoup moins virulente «et les risques de complications sont nettement plus rares», souligne le ministère de la Santé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer