L'Outaouais boudée par les médecins

En 2015, la région a attiré seulement 23... (123RF)

Agrandir

En 2015, la région a attiré seulement 23 médecins de famille pour 33 postes disponibles. Cette année, seulement quatre médecins ont déjà confirmé qu'ils établiraient leur pratique ici.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les médecins de famille ne se bousculent pas aux portes de l'Outaouais pour y décrocher l'un des 32 postes d'omnipraticiens autorisés par Québec en 2016. Une situation qui se répète depuis plusieurs années, et pour laquelle le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) est «à court d'explications».

Les informations obtenues par LeDroit auprès du CISSSO font état de 23 candidatures reçues pour l'un des 32 postes de médecins de famille disponibles dans la région cette année. Les médecins ayant soumis leur nom peuvent toutefois avoir également tenté leur chance dans d'autres régions, et devront faire le choix ultérieurement. Comme l'affluence n'est pas au rendez-vous, l'Outaouais n'a «pas le bénéfice» de faire passer des entrevues aux candidats, reconnaît le Dr Guy Morissette, directeur des services professionnels du CISSSO.

Sur le lot de candidatures reçues, l'Outaouais a jusqu'à présent eu la confirmation que quatre médecins viendront assurément établir leur pratique dans la région, tandis que les autres réponses sont toujours attendues.

Ailleurs au Québec, la moitié des dix régions dites «intermédiaires ou éloignées» ont eu la chance de recevoir davantage de candidatures que de postes disponibles. C'est le cas au Bas-Saint-Laurent, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en Mauricie-Centre-du-Québec, au Nunavik et aux Terres-Cries-de-la-Baie-James.

Après avoir réussi à pourvoir tous ses postes d'omnipraticiens en 2013 et 2014, la région n'a pas atteint cet objectif l'an dernier, n'attirant que 23 médecins de famille dans la région sur une possibilité de 33.

Pas d'explications

Le Dr Morissette admet être «à court d'explications» pour identifier les raisons faisant en sorte que d'année en année, l'Outaouais ne suscite pas un grand intérêt lorsque s'ouvre, à l'automne, la période de soumissions des candidatures.

«C'est quand même historique et ce sont toujours les mêmes raisons et les mêmes actions que l'on pose, donc on est à la limite de ce qu'on peut faire, dit-il. Mais on est conscient, surtout à partir de l'année passée, qu'il y a un décalage entre les candidatures qui arrivent ici en Outaouais et les autres régions. On ne trouve pas d'explications formelles. Ce sont des choses qui sont en dehors du milieu médical, comme le fait que les gens connaissent moins bien l'Outaouais, parce qu'on entend encore des gens qui demandent c'est où.»

Intérêt pour les stages

L'intérêt pour l'Outaouais est toutefois plus palpable pour les stages que doivent réaliser les futurs médecins, souligne le Dr Morissette. Le nombre de places pour les externes et les résidents augmentent d'année en année dans la région. «On vient de faire une tournée pour les stages d'été, et on a tout près de 200 demandes de stages pour venir passer deux, trois ou quatre mois en Outaouais», a indiqué le Dr Morissette.

Ce dernier note également que la région propose des choix diversifiés aux médecins de famille à la recherche d'un milieu de pratique. Le tableau des priorités établies pour la région en 2016 prévoit en effet de nombreux postes mixtes permettant aux omnipraticiens de combiner la pratique en établissement à celle en cabinet avec prise en charge de patients.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer