Frais accessoires: une «taxe aux aînés», dénonce la FADOQ

Les frais accessoires en santé sont une «taxe aux aînés», selon une coalition... (123RF/Douglas Stevens)

Agrandir

123RF/Douglas Stevens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les frais accessoires en santé sont une «taxe aux aînés», selon une coalition de groupes de défense des personnes âgées qui demande à Québec de faire marche arrière afin de les interdire - ou encore de refiler la facture aux médecins, dont les salaires ont bondi ces dernières années, dit-elle.

En point de presse à Montréal jeudi matin, ces groupes ont demandé au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de revenir sur sa décision d'autoriser ces frais. Québec a adopté l'automne dernier le projet de loi 20 qui permet et légalise leur facturation pour certains soins offerts en clinique. Sans être nouvelle, la pratique prend de plus en plus d'ampleur.

Ces frais - pour des produits d'anesthésie, de l'azote, des gouttes ophtalmologiques, des gelées et des médicaments pour coloscopies, entre autres - sont facturés à toute la population.

Mais ces groupes soulignent que les aînés sont les plus touchés car avec l'âge, ils ont besoin de plus de soins médicaux. Ce sont donc eux qui absorbent le gros de la facture, avancent-ils. Et cela, alors que beaucoup d'entre eux ont des moyens financiers limités.

«Il faut cesser de jouer à l'autruche, les aînés les plus vulnérables devront faire des choix. La santé ou l'épicerie?» s'est exclamé Maurice Dupont, président du réseau FADOQ.

Bien que ces frais soient souvent de 20$ à 30$, la coalition a souligné le cas d'un citoyen qui s'est fait facturer 540$ pour un examen endoscopique, et un autre qui a dû payer 525$ pour une coloscopie. Un homme qui s'est présenté avec un doigt déchiré sans avoir l'argent pour payer les frais d'anesthésie a dû se le faire recoudre à froid, a même rapporté Pierre-Paul Côté, le président de l'Association des retraitées et des retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ).

En allant en clinique, les patients trouvent toutefois un moyen de raccourcir les délais d'attente qu'ils devraient subir à l'hôpital.

Ces groupes ne comprennent pas pourquoi les médecins ne peuvent absorber ces frais.

Au cabinet du ministre Barrette, on souligne que la loi 20 aura justement pour effet de restreindre le nombre de frais accessoires qui seront facturés et leur coût, a indiqué l'attachée de presse du ministre, Joanne Beauvais. L'encadrement fera en sorte que les abus cessent, comme les frais de 150 $ pour une ouverture de dossier, et que les produits utilisés pour les patients soient facturés au prix coûtant, a-t-elle ajouté.

Le règlement va préciser la liste de frais qui sont permis.

Par ailleurs, de tels frais sont déjà facturés depuis 1979, souligne Mme Beauvais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer