En Speedo ou en Batman, au secours des enfants malades

Costumés ou vêtus d'un simple maillot de bain,... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Costumés ou vêtus d'un simple maillot de bain, quelque 250 courageux ont sauté dans l'eau glacée de la rivière des Outaouais afin d'amasser des fonds pour le département d'oncologie du CHEO.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les ours polaires l'ont eu un peu plus facile cette année.

Il ne s'agit pas, ici, des bêtes menacées par les changements climatiques, mais de 250 humains qui se sont jetés dans la rivière des Outaouais, le matin du premier janvier. Les enfants atteints du cancer sont ceux qui motivent ces «ours» à plonger.

Les courageux ont sauté dans l'eau froide pour recueillir des dons au profit des jeunes bénéficiaires du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO).

Cette année, le mercure à zéro degré était plus convivial qu'en 2014 ou 2015, lorsque les températures ressenties frôlaient les -30.

En 2016, l'argent amassé par les «ours polaires» servira entre autres à acquérir un nouvel appareil d'imagerie par résonance magnétique (IRM).

L'événement «Grand défi ours polaire canadien Sears», du nom de son commanditaire principal, en est à sa sixième édition. Les organisateurs se félicitaient, au lancement des festivités, d'avoir dépassé le montant de 35 000 $ de 2015.

Les premières estimations étaient d'environ 55 000 $.

Dans l'équipe des «Avengers», célèbre groupe de superhéros Marvel, une résidente d'Ottawa déguisée en Capitaine America a fait le saut pour son neveu récemment diagnostiqué d'un cancer du cerveau. «Nous avons créé cette équipe parce que les enfants aiment les personnages», dit Carrie Grover, la tante d'Adriel.

Un autre résident de la capitale, déguisé en Batman, s'est mouillé pour la première fois. Il a amassé 50 $ en faisant sa campagne personnelle dans la rue et auprès de ses proches. «Ce n'est pas beaucoup, mais c'est ma part. C'est aussi pour le plaisir, dit Don Walladge, rieur et fier de son costume. C'est une nouvelle année, un nouveau début. J'en souhaite autant pour les enfants.»

D'autres, portant de minces «Speedo», ont allongé leur baignade de quelques secondes pendant que leurs comparses frigorifiés sortaient à la hâte.

Comment réussissez-vous à rester si longtemps?

«J'adore cela! J'aime nager, et l'eau est vivifiante», lance Keith, avant de s'emmitoufler dans une serviette bien sèche.

«Le fils de mon cousin a appris qu'il avait le cancer cette année, et nous avons décidé de l'encourager, affirme pour sa part Tina Jamieson, une femme de Pembroke déguisée en Viking. C'est une affaire de famille.» Mme Jamieson et sa bande cornue ont recueilli plus de mille dollars auprès de collègues de travail, avant les Fêtes.

«C'est un mélange de bravoure et de folie, commente Isabelle Mailloux, relationniste à la Fondation du CHEO. Ce sont des gens qui ont un grand coeur, Le projet de l'hôpital est d'acquérir un appareil IRM. Une autre partie va au laboratoire, pour financer la recherche sur le cancer pour les enfants du CHEO.»

Luis Biggs, d'Ottawa, est reconnaissant de la folie des participants, qu'ils soient déguisés en banane ou d'un simple maillot de bain.

«Le plus jeune de mes quatre enfants, Olexandre, est né avec le cancer du foie. Le CHEO lui a sauvé la vie. Il s'agit de la quatrième participation de notre famille.»

Le plongeon glacial ailleurs au pays

Ailleurs au pays, des milliers de Canadiens ont aussi participé, à de nombreux endroits, à cette traditionnelle baignade en eau froide du Nouvel An.

Ainsi, 10 braves ont plongé dans l'océan Atlantique à Portugal Cove, à Terre-Neuve-et-Labrador.

À Herring Cove, en Nouvelle-Écosse, plusieurs de 130 personnes - certaines portaient des tutus ou des pyjamas colorés - ont sauté d'un quai sous la surveillance des pompiers de l'endroit. Le thermomètre indiquait alors -1 degré Celcius. Le premier à sauter dans l'eau était un vieil homme de 81 ans, Ernie Ross. Il portait un maillot de bain de couleur saumon. Il avait écrit «Happy 2016» («Joyeux 2016») au feutre noir sur sa poitrine.

Ailleurs, la neige n'avait pas empêché des centaines de baigneurs à se présenter sur une plage de Toronto pour se ruer en masse dans le lac Ontario dans le cadre de la 11baignade en eau froide de Toronto.

À Oakville, en Ontario, les organisateurs d'un événement similaire espéraient attirer près de 1000 personnes.

Avec La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer