Le quart des parents associent vaccins et autisme

Près d'un parent canadien sur quatre croit que les vaccins pourraient causer... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mama Afou
Le Droit

Près d'un parent canadien sur quatre croit que les vaccins pourraient causer l'autisme et des maladies mentales - ou du moins qu'il existe un lien entre eux. C'est ce que révèle un sondage commandé par le Carleton University Survey Centre, à l'heure où des centaines d'élèves d'Ottawa ont été suspendus en raison d'un carnet de vaccination incomplet.

Pour Joshua Greenberg, professeur à l'Université Carleton, ce résultat révèle qu'il y a un réel «manque d'informations» chez certains parents. «Le fait qu'il y ait 28% des parents qui croient qu'il y a un lien entre vaccin et autisme, ou ne savent pas si ce lien existe, devrait être une cause de préoccupation», dit-il.

La recrudescence de la remise en cause de la vaccination, ces dernières années, viendrait surtout du fait que les parents font face à des informations de plus en plus contradictoires, explique Ève Dubé, membre du Groupe scientifique en immunisation de l'Institut national de santé publique du Québec.

«Bien qu'il existe de nombreuses études qui montrent qu'il n'y a pas de lien, il y a encore des mythes qui persistent, dit-elle. Les gens s'informent plus sur les questions de santé, ils se renseignent sur Internet et font face à de plus en plus d'informations controversées.»

Les groupes anti-vaccination prolifèrent en ligne et «les gens ne savent plus qui croire», observe Mme Dubé. Cependant, les autorités de santé publique demeurent de loin les plus crédibles en matière d'information sur la vaccination, révèle le sondage mené sur le Web.

Malgré certaines hésitations, la grande majorité des parents (91%) déclarent faire confiance dans l'efficacité des vaccins. Est-ce que la vaccination des enfants devrait être un choix en toutes circonstances? Là, les parents sont le plus partagés. En effet, 45% des personnes sondées croient que les parents devraient avoir le choix de vacciner leurs enfants.

C'est surtout parmi les gens très éduqués qu'on retrouve un refus et une remise en question de la vaccination obligatoire.

«Les classes aisées remettent en cause beaucoup de choses, souligne Mme Dubé. Ce sont des gens plus critiques. Les mères que j'ai rencontrées me disent souvent: "L'expert de mon enfant, c'est moi, je veux choisir pour lui."»

Enfin, bien que la majorité des parents aient exprimé leur confiance envers les vaccins, un tiers des répondants croient que l'industrie pharmaceutique est derrière la campagne pour la vaccination obligatoire. «Ceci est un argument commun du mouvement anti-vaccination et suggère qu'il a une résonance plus large, même parmi les parents qui soutiennent la vaccination», analyse Joshua Greenberg.

Le sondage a été mené sur Internet par une firme de sondage parmi un panel de 1000 parents de partout du Canada et qui ont des enfants âgés de moins de cinq ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer