Une campagne contre la grippe sous le signe de la méfiance

Qu Québec, la campagne de vaccination annuelle contre... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Qu Québec, la campagne de vaccination annuelle contre la grippe s'amorcera lundi.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mama Afou
Le Droit

À cause du taux d'efficacité catastrophique l'an dernier, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière qui débutera ce lundi au Québec s'inscrit dans un contexte de méfiance.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) espère toutefois vacciner 65 000 personnes dans la région.

Pour la Dre Carol McConnery, médecin-conseil en maladies infectieuses à la direction de Santé publique du CISSSO, l'épisode de l'an dernier ne devrait pas empêcher les Québécois d'aller se faire vacciner. «C'est sûr que la grippe est un virus sournois. Quand on décide des souches, on se fie aux souches qui ont circulé dans l'hémisphère Sud. Parfois, il y a des mutations, d'où le peu d'efficacité du vaccin l'an dernier. On souhaite que cette année ça n'arrive pas et que les gens aillent se faire vacciner.»

Chaque année, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) tente d'anticiper les souches qui vont circuler huit mois à l'avance, afin que les compagnies pharmaceutiques préparent les vaccins en conséquence. Toutefois, «l'an dernier, une dérive antigénique importante a eu lieu [...] et les souches qui ont circulé au Québec étaient en majorité différentes de celles qui avaient été incluses dans le vaccin», explique le Dr Horacio Arruda dans le plus récent numéro du bulletin Flash grippe.

Le Dr Arruda parle de l'an dernier comme d'une «situation rare», rappelant que l'efficacité du vaccin demeure élevée, soit entre 50% et 70%.

Pour la Dre McConnery, il demeure important de se faire vacciner contre la grippe saisonnière, car «le virus est très contagieux et vous mettez à risque les personnes vulnérables», dit-elle.

Le vaccin est offert gratuitement aux clientèles à risque, soit les personnes de 60 et plus, les enfants âgés entre six et 23 mois, les personnes ayant une maladie chronique, les femmes enceintes, l'entourage des bébés de moins de six mois et les travailleurs de la santé ainsi que les proches qui prennent soin des personnes à risque.

Toute la population peut se faire vacciner moyennant des frais d'une vingtaine de dollars.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer