Gatineau s'attaque à l'herbe à poux

Les équipes d'arracheurs d'herbe à poux sont composées... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les équipes d'arracheurs d'herbe à poux sont composées de membres d'Enviro Éduc-Action et d'employés de la patrouille environnementale de la Ville.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rhume des foins, maux de tête, éternuements et écoulement nasal sont les symptômes les plus fréquents causés par l'herbe à poux.

D'ici la fin du mois d'août, la Ville de Gatineau invite les citoyens à arracher la plante avant la période de pollinisation.

Pour une deuxième année consécutive, la Ville poursuit son projet pilote d'arrachage en collaboration avec la Direction de la santé publique de l'Outaouais. Cette année, trois secteurs seront visités par des brigades qui veilleront à éliminer l'herbe à poux, soit dans les quartiers du Vieux-Hull Ouest, Notre-Dame et du Moulin.

Les équipes qui parcourront les rues seront composées de membres d'Enviro Éduc-Action et d'employés de la patrouille environnementale de la Ville. Dans un premier temps, ils disposeront de l'herbe à poux en remplaçant la plante nuisible par du lotier corniculé ou du trèfle. Ensuite, la patrouille environnementale informera les citoyens de l'opération en cours et veillera à sensibiliser les Gatinois à l'importance d'arracher l'herbe à poux.

« Avant le début du projet, on étendait un biopesticide et année après année on constatait que l'herbe à poux continuait à pousser. Le projet pilote semble bien fonctionner. [...] L'objectif à long terme est d'éradiquer la plante », souligne Iblis Le Guen, coordonnatrice de la politique environnementale à la Ville de Gatineau.

L'an dernier, plus de 2,4 tonnes de plants avaient été arrachées dans le quartier du Vieux-Hull.

Attention à la confusion

L'herbe à poux se propage rapidement. Un plant produit de 3000 à 6000 graines qui deviendront de nouveaux plants. Les fleurs apparaissent seulement à partir de la fin juillet et c'est le pollen qui cause les allergies. Plusieurs confondent cette herbe envahissante avec l'herbe à puce. L'herbe à poux peut être touchée sans danger.

À l'échelle de la province, plus d'une personne sur sept souffre d'allergie à l'herbe à poux. Afin d'éviter la dispersion du pollen, il est conseillé d'arracher la plante ou encore de la tondre au ras du sol.

La Ville mettra à la disposition des citoyens du matériel gratuit pour ceux désirant organiser une corvée d'arrachage. Il suffit de composer le 3-1-1 afin d'obtenir plus d'information.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer