Une vaste révision des dossiers s'imposait

La décision de SPO de s'attaquer aux 150... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La décision de SPO de s'attaquer aux 150 000 dossiers d'immunisation d'élèves vient d'une directive du gouvernement ontarien.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Santé publique Ottawa (SPO) procède actuellement à une mise à jour monstre des fiches d'immunisation des élèves de la capitale nationale après qu'une révision a révélé que 50% des dossiers nécessitent une mise à jour.

C'est ce que révèle un rapport qui sera abordé par le Conseil de santé d'Ottawa lundi prochain.

«Nous savons que ces chiffres ne reflètent pas nécessairement la réalité, tempère toutefois Marie-Claude Turcotte, gestionnaire de programmes des maladies évitables par la vaccination à SPO.

«Le fait que les dossiers d'immunisation sont incomplets ne veut pas dire qu'un jeune n'a pas été vacciné, mais plutôt que le vaccin n'a peut-être pas été enregistré parce qu'un parent ne nous l'a pas rapporté. Beaucoup de parents ignorent qu'ils doivent nous informer», ajoute-t-elle.

Un blitz d'évaluation de tous les dossiers d'immunisation s'est mis en branle le 1eravril dernier et se poursuivra jusqu'en septembre auprès de tous les élèves de l'élémentaire et du secondaire des quatre conseils scolaire et des institutions privées d'Ottawa. L'objectif est d'actualiser les données d'ici l'automne.

«Depuis quelques années, nous effectuions des révisions par tranches d'âge seulement parce qu'il nous manquait des effectifs», informe Donna Casey, gestionnaire à SPO.

La décision de s'attaquer à la mise à jour des quelque 150000 dossiers fait suite à une directive du gouvernement ontarien qui, en juillet dernier, a lancé une nouvelle base de données provinciale nommée Panorama. Une meilleure efficacité et gestion de données motivent ce choix.

«Le dossier d'un enfant déménageant de Sault Ste. Marie à Ottawa le suivra par exemple, ce qui n'était pas le cas auparavant», signale Mme Turcotte.

TROIS ASPECTS

Une stratégie d'immunisation sur trois axes d'intervention a donc été préparée par SPO pour les quatre prochaines années. En tête de liste, la surveillance de l'état vaccinal «pour tous les enfants, tous les ans» sera assurée par l'organisme de santé.

«La surveillance du dossier de chaque enfant s'effectuera désormais chaque année pour s'assurer de le garder à jour», affirme Mme Turcotte.

Advenant un dossier incomplet, un premier avis sera envoyé par SPO aux parents. En vertu de la Loi sur l'immunisation des élèves, tous les enfants doivent prouver qu'ils sont immunisés contre certaines maladies infectieuses (tétanos, diphtérie, polio, oreillons, rougeole, rubéole) afin de fréquenter une école en Ontario. Un refus de se conformer pourrait alors mener à la suspension d'un élève de son école jusqu'au jour où il obtient un vaccin manquant.

Un enfant peut cependant être exempté d'une immunisation en raison de croyances personnelles, religieuses ou pour causes médicales. Un processus établi doit être suivi par les parents pour se prévaloir de ce droit.

Les parents sont invités à communiquer avec SPO pour mettre à jour le dossier d'immunisation de leur enfant. Ils peuvent également le faire électroniquement au http://bit.ly/1JzW4P2.

Jfdugas@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer