Les infirmières du CISSSO veulent faire monter la pression

Lyne Plante, présidente locale de la FIQ, affirme... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Lyne Plante, présidente locale de la FIQ, affirme que les membres de son syndicat seront plus visibles.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les infirmières de l'Outaouais ont adopté jeudi des moyens de pression «plus musclés» afin de dénoncer plus vigoureusement les compressions annoncées par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO).

La représentante locale de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), Lyne Plante, affirme que les membres de son syndicat se feront bientôt plus visibles, en marge d'assemblées générales spéciales qui se sont tenues jeudi durant toute la journée à Gatineau.

Les actions pourraient prendre la forme d'occupation de locaux de députés et de manifestations, a-t-elle laissé entendre, sans offrir plus de détails.

Le but est «d'interpeller» et «sensibiliser la population» aux conséquences du plan de compressions budgétaires de 19,5 millions annoncé le 12 mai dernier par le CISSSO.

De 125 à 150 postes seront abolis pour équilibrer le budget de l'ancien Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG).

Lors de l'assemblée, les employés ont été invités à être les yeux et oreilles du syndicat au sein de leur unité.

«On invite les syndiqués à faire de la dénonciation parce qu'on ne peut pas être partout sur le terrain. Les informations nous arrivent au compte-goutte (de la direction)», déplore Mme Plante, qui représente les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes.

Comme les syndiqués ont un peu le moral dans les talons, Mme Plante a cherché à fouetter ses troupes en leur rappelant l'importance de participer activement aux activités syndicales.

«C'est important pour nous qu'on puisse être capables d'offrir des soins de qualité et des soins sécuritaires, insiste Mme Plante. La population doit être au fait de ça.»

Les membres de la FIQ sont sans contrat de travail depuis le 31 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer