Éclosion de légionellose

L'éclosion a été détectée dans une tour de... (Archives, LeDroit)

Agrandir

L'éclosion a été détectée dans une tour de refroidissement, provoquant l'arrêt en urgence des ventilateurs, plus tôt cette semaine.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des quantités anormalement élevées de bactéries causant la légionellose ont été découvertes au complexe Portage III, à Gatineau, a confirmé jeudi Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC).

L'éclosion a été détectée dans une tour de refroidissement, provoquant l'arrêt en urgence des ventilateurs, plus tôt cette semaine.

« Dès que les résultats ont été connus, on a immédiatement arrêté les ventilateurs de la tour de refroidissement où les bactéries avaient été trouvées et on a désinfecté la zone contaminée », peut-on lire dans une note de service envoyée hier à des milliers de fonctionnaires.

On saura la semaine prochaine si la décontamination a été un succès, à la suite d'analyses.

Les autorités affirment que personne n'a été infecté pour le moment. La période d'incubation de la maladie est de deux à 14 jours.

« Santé Canada a complété une évaluation [...] et a conclu que le risque à la santé publique est minime », précise-t-on.

Les bactéries Legionella peuvent parcourir jusqu'à six kilomètres dans l'air. Les autorités fédérales, provinciales et municipales concernées ont donc été avisées.

« Il s'agit entre autres des propriétaires des bâtiments voisins, afin qu'ils puissent prendre les mesures nécessaires pour informer leurs employés », ajoute-t-on.

Une première éclosion dans la tour de refroidissement a été contenue au mois d'avril. Des tests au début du mois de mai indiquaient un retour à la normale. Mais des échantillons de cultures bactériennes récoltés le 1er mai et consultés lundi ont révélé des taux de contamination près de 20 fois supérieurs au seuil acceptable établi par le gouvernement fédéral.

Les premiers symptômes d'une infection se manifestent notamment sous la forme d'une fièvre, de frissons et d'une toux sèche.

Un cas de légionellose a été rapporté l'automne dernier dans la région. Une femme travaillant à l'édifice Jos-Montferrand, tout près de la Place du Portage, a été admise à l'hôpital après avoir contracté la bactérie. Aux dernières nouvelles, la Direction de la santé publique de l'Outaouais (DSPO) tentait toujours de trouver la source de la contamination. Entre un et deux cas de la maladie du Légionnaire sont rapportés chaque année en Outaouais.

Des mesures anti-légionellose ont été adoptées un peu partout au Québec depuis l'épidémie qui a tué 13 personnes dans la Vieille Capitale à l'été 2012.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer