Une «cotisation spéciale» à la Coop santé de Thurso

Afin d'améliorer sa santé financière, l'organisme poursuivra également... (Archives La Presse)

Agrandir

Afin d'améliorer sa santé financière, l'organisme poursuivra également sa campagne de cueillette de dons auprès de partenaires privés.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aux prises avec un déficit d'environ 50 000 $, la Coopérative de solidarité en soins de santé de Thurso (CSSST) se voit contrainte de mettre en place une « cotisation spéciale » unique qui devra être payée progressivement par ses membres. Cette mesure devrait permettre de rétablir l'équilibre financier de l'organisme d'ici 2020.

Le conseil d'administration de la coopérative a présenté plus tôt cette semaine les états financiers de sa dernière année d'opération lors de son assemblée générale annuelle.

C'est un bris au chapitre du système de chauffage de l'édifice abritant la clinique médicale qui a causé le gouffre monétaire auquel doit faire face la coopérative.

D'après le plan de redressement mis de l'avant par le conseil d'administration de l'organisme, l'imposition d'une « cotisation spéciale » unique de 35 $ à tous les membres sera suffisante pour résorber le manque à gagner d'ici cinq ans.

Les quelque 1250 membres de la coopérative recevront une lettre explicative à ce sujet au courant du mois de mai. Les plus anciens seront les premiers à être sollicités. Graduellement, selon l'année d'adhésion, chaque membre aura à débourser la somme exigée d'ici 2020.

Le président du c.a., Damien Thibaudeau, souligne qu'aucune cotisation annuelle n'a été exigée depuis la mise sur pied de la coopérative il y a huit ans. Seule la part sociale de 100 $ pour y adhérer était obligatoire.

M. Thibaudeau espère que cette nouvelle mesure n'aura pas d'impact négatif sur le membership. Il soutient que chaque membre a aujourd'hui accès à un médecin de famille, ce qui était l'objectif de départ lors de la fondation de la CSSST.

« Si on regarde la qualité de services offerts, que ce soit pour la population plus vieillissante ou les jeunes familles qui arrivent à Thurso, c'est un grand avantage d'avoir une clinique de proximité. La clinique n'aurait pas survécu s'il n'y avait pas eu de coop et si les gens veulent que ça continue, il faut qu'ils reconnaissent qu'ils ont bénéficié d'un congé de cotisation au cours des dernières années et que la situation a maintenant changé », indique-t-il.

Afin d'améliorer sa santé financière, l'organisme poursuivra également sa campagne de cueillette de dons auprès de partenaires privés. Rappelons que la Coopérative funéraire de l'Outaouais s'est engagée en février dernier à verser 1000 $ par année pendant cinq ans à la CSSST.

Par ailleurs, le c.a. a annoncé lors de son assemblée générale que l'établissement allait offrir de nouveaux services de santé complémentaires non assurables d'ici juin. 

De la psychothérapie et le traitement des varices s'ajouteront au service de prélèvement de sang déjà en place dans les locaux de la rue Galipeau.

La clinique de Thurso regroupe aujourd'hui sous un même toit quatre médecins. Environ 4000 patients y sont traités annuellement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer