Projet de clinique de dépistage d'ITSS en Outaouais

Alors que le nombre de cas d'ITSS explose,... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Alors que le nombre de cas d'ITSS explose, un projet de clinique de dépistage est envisagé pour rapatrier les 4000 patients gatinois qui ont recours au Centre de santé et de sexualité d'Ottawa, situé au 179, rue Clarence.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Direction de santé publique de l'Outaouais (DSPO) souhaite mettre sur pied une clinique de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) à Gatineau afin de rapatrier une partie des quelque 4000 résidents de la rive québécoise qui vont chercher chaque année de tels services à Ottawa, a appris LeDroit.

Selon les données fournies par Santé publique Ottawa, le Centre de santé-sexualité de la rue Clarence et ses cliniques satellites ont accueilli 4357 patients québécois l'an dernier. Dans la majorité des cas, les patients s'y présentent afin de subir un test de dépistage d'ITSS.

Le médecin de famille Rémi De Champlain, qui oeuvre notamment à la clinique externe d'immuno-déficience de Gatineau, rapporte que sur l'ensemble des cas de chlamydia déclarés auprès de la Direction de santé publique de l'Outaouais (DSPO), environ le quart ont été rapportés par les autorités ottaviennes. Les données de la DSPO montrent que pour la gonorrhée, le tiers de cas sont rapportés par Ottawa.

Le Dr De Champlain souligne que des discussions ont eu lieu, vers 2010, au sujet d'une éventuelle clinique d'ITSS à Gatineau. «Il y avait eu deux constats: qu'on avait un besoin, mais qu'on n'avait pas d'argent pour en ouvrir une», se rappelle-t-il.

Dans le Vieux-Hull?

Cinq ans plus tard, le réseau régional de la santé de l'Outaouais tente de relancer cette idée afin de rapatrier une partie de la clientèle sur la rive québécoise.

La porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Karelle Kennedy, affirme que la DSPO «souhaite de pouvoir faire en sorte que les personnes qui sont vues par la clinique d'Ottawa reçoivent les mêmes services du côté de l'Outaouais».

Pour ce faire, les autorités régionales sont «en train de réfléchir à la possibilité de mettre en place une clinique», qui pourrait être inspirée du modèle ottavien. Selon nos informations, l'idée d'installer cette clinique dans le CLSC de la rue Saint-Rédempteur, dans le secteur Hull, est sur la table.

En ce qui concerne le fonctionnement, la logistique et le financement d'une telle clinique en sol gatinois, «il n'y a rien qui est confirmé à ce moment-ci», indique Mme Kennedy. «Notre but, c'est que les services qui étaient reçus du côté de la clinique d'ITSS d'Ottawa soient reçus de la même façon en Outaouais», précise la porte-parole du CISSSO, en ajoutant qu'aucune échéance n'a encore établie pour la création d'une clinique d'ITSS à Gatineau.

Santé publique Ottawa assure pour sa part n'envisager «aucune réduction dans l'offre de service» du Centre de santé-sexualité de la rue Clarence, et ce, pour tous ses clients, «y compris ceux du Québec».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer