Les syndiqués de la santé en deuil

Des syndiqués ont déposé des couronnes mortuaires devant... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Des syndiqués ont déposé des couronnes mortuaires devant des établissements, hier, pour dénoncer l'arrivée d'une structure qui sera selon eux «ingérable» et qui nuira aux services à la population.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«En deuil» du réseau de la santé tel qu'ils l'ont connu ces dernières années, des syndiqués ont déposé des couronnes mortuaires devant des établissements, hier, pour dénoncer l'arrivée d'une structure qui sera selon eux «ingérable» et qui nuira aux services à la population.

Scandant des slogans, pancartes à la main, des syndiqués du réseau de la santé de l'Outaouais ont tenu à faire connaître leur mécontentement face à la restructuration qui entrait en vigueur, hier au Québec, avec l'abolition des agences de santé et la création des centres intégrés de santé et de services sociaux.

«C'est la fin du réseau public tel qu'on le connaît avec le jour 1 de la réforme Barrette, et on trouve que ça s'enligne bien mal, a déploré hier le vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) pour l'Outaouais, Christian Meilleur. [...] Une structure de cette grosseur-là, c'est ingérable. Ce ne sera pas pour le mieux.»

Les syndiqués qui viennent de voir leur contrat de travail arriver à échéance doivent aussi composer avec une «négociation qui s'annonce très mal» avec le gouvernement Couillard, affirme M. Meilleur.

À Buckingham aussi

Dans le secteur Buckingham, les manifestants ont lancé une copie de l'entente patronale dans une toilette érigée à l'extérieur de l'hôpital de Papineau.

Partout dans la région, des syndiqués ont aussi profité de la date de création du CISSSO pour arborer des poissons sur lesquels étaient inscrites leurs doléances.

«Il ne faut pas se faire prendre pour des poissons: à l'heure actuelle, je ne pense pas que cette mégastructure va faire en sorte que ça va donner plus de services à la population», a lancé le président gatinois de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux, André Gaudreau.

«C'est la fin du réseau public tel qu'on le connaît. [...] Une structure de cette grosseur-là, c'est ingérable. »

- Christian Meilleur, vice-président de la FSSS-CSN pour l'Outaouais

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer