100000$ pour trouver où couper en santé

Le Dr Guy Morissette, conseiller aux affaires cliniques et... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Dr Guy Morissette, conseiller aux affaires cliniques et médicales, et Jean Hébert, fondé de pouvoir au CSSSG.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le contrat conclu de gré à gré entre l'Agence de la santé de l'Outaouais et le Dr Guy Morissette, nommé conseiller aux affaires cliniques et médicales dans le cadre de la tutelle du Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG), est d'une valeur qui frôle les 100000$.

Les informations disponibles sur le site du Système électronique d'appel d'offres (SEAO) du gouvernement du Québec révèlent que l'Agence a signé un contrat d'une valeur de 98332$ avec le Dr Morissette.

L'adjoint au pdg de l'Agence, Stéphane Lance, précise qu'il ne s'agit pas d'un «contrat fermé». Les sommes qui seront versées au Dr Morissette, lui-même un ancien pdg de l'Agence, correspondront ainsi au nombre d'heures réellement travaillées, à raison d'un maximum de 25 heures par semaine.

Alors que la tutelle du CSSSG, annoncée le 12 janvier, devait durer six mois, la création du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais, le 1er avril, pourrait écourter le contrat du Dr Morissette.

Ce dernier a été nommé afin d'épauler le fondé de pouvoir, Jean Hébert, dans les démarches de redressement budgétaire du CSSSG. Les dernières données laissent présager un déficit de 8,5 millions$ pour l'année se terminant le 31 mars.

Les honoraires versés au Dr Morissette ne seront pas puisés dans le budget régional alloué aux soins de santé, puisque c'est le ministère de la Santé qui les assumera, a indiqué Stéphane Lance.

Accompagnement budgétaire

Le CSSSG n'est pas le seul aux prises avec des difficultés budgétaires. Selon ce qui est publié sur le site du SEAO, l'Agence de la santé de l'Outaouais a signé, il y a un mois, un contrat de gré à gré d'une valeur de 55000$ avec une firme chargée d'accompagner les CSSS des Collines et de Papineau à la «mise en place de mesures structurantes récurrentes devant mener à l'équilibre budgétaire».

C'est une entreprise de Québec, G.B.R. Gestion conseil, qui a été choisie pour ce contrat. Selon les plus récentes données, le CSSS des Collines enregistrait un déficit de 804000$ pour l'année en cours. Du côté du CSSS de Papineau, le déficit s'élève présentement à près de 3,7 millions de dollars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer