Khadir dénonce la réforme Barrette en Outaouais

Amir Khadir... (Yan Doublet, Archives Le Soleil)

Agrandir

Amir Khadir

Yan Doublet, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au lieu de mettre le CSSS de Gatineau sous tutelle, le ministre de la Santé Gaétan Barrette aurait dû s'employer à lui offrir un financement à la hauteur de ses besoins, a soutenu hier le député de Mercier, Amir Khadir.

De passage dans la région, l'ancien co-chef de Québec solidaire a appelé le ministre à mettre fin au «sous financement chronique» de l'Outaouais en matière de soins de santé, dont l'une des causes est selon lui l'élection en bloc de députés du Parti libéral du Québec dans la région depuis plus de 30 ans.

«Au lieu de consacrer ses énergies à voir comment il faut financer adéquatement les besoins en santé, il se met le nez dans le détail du budget de l'hôpital», a dit M. Khadir, un médecin de profession.

Québec a imposé une troisième tutelle en santé à Gatineau en 15 ans, le mois dernier. Les responsables de la tutelle devront dégager des économies de 8,5 millions de dollars s'ils veulent atteindre l'équilibre budgétaire avant le 31 mars.

M. Khadir a souligné lors de son passage que le gouvernement pourrait faire d'importantes économies en réduisant ses coûts pour les médicaments d'ordonnances et que la réforme proposée par le ministre n'est pas la solution.

Le ministre Barrette a fait un premier pas dans ce sens la semaine dernière, lorsqu'il a annoncé son intention de prescrire aux assurés du régime public d'assurance médicaments des produits génériques plutôt que d'origine.

Le député de Mercier croit que Québec devrait aller encore plus loin pour économiser plus d'un milliard de dollars par année en abolissant certains avantages consentis aux multinationales de la pharmaceutique, qui «n'en ont pas besoin».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer