Un problème connu depuis «plusieurs années» au CSSSG

Le Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG) est bien au fait... (Photo: Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Photo: Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG) est bien au fait du problème de manque de lits à l'unité des soins intensifs de l'Hôpital de Hull et affirme que la recherche d'une solution fait partie des priorités.

La lettre signée par les médecins intensivistes de l'Hôpital de Hull en juillet dernier n'est pas demeurée sans réponse. Dans une missive qui leur est adressée, l'ancienne directrice des services professionnels et des affaires médicales (DSPAM) du CSSSG, la Dre Anne Gervais, reconnaissait en août dernier le besoin d'une démarche de «restructuration des soins intensifs».

Elle soulignait que le nombre de lits de soins intensifs était jugé «insuffisant» depuis «plusieurs années» déjà par le CSSSG, mais notait du même coup que les ressources n'étaient «pas au rendez-vous» pour l'ouverture d'un 13e lit sur une base permanente à l'Hôpital de Hull.

L'actuelle DSPAM, la Dre Guylène Thériault, a confirmé en entrevue que la «compilation manuelle» faite par les intensivistes fait état d'une dizaine de refus par mois, mais se dit «certaine qu'il n'y a personne qui a laissé des patients sans les soins les plus appropriés».

La Dre Thériault note que cette problématique «fait partie des différentes priorités» du CSSSG. Ce sera au futur Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), qui sera officiellement créé au mois d'avril, de prendre le relais.

Dans sa lettre du mois d'août, la Dre Anne Gervais soulignait également qu'il est «primordial» que l'Agence de la santé de l'Outaouais et la Table régionale des chefs de département de médecine spécialisée fassent une «démarche de répartition ou de développement des soins intensifs régionaux».

À l'Agence de la santé, la porte-parole Geneviève Côté affirme cependant qu'il n'y a «pas eu de demande formelle ni de présentation de projet en lien avec cette lettre-là». Mme Côté souligne par ailleurs qu'avec l'entrée en vigueur prochaine du projet de loi 10 qui créera le nouveau CISSSO, la demande liée aux soins intensifs «va prendre une dimension régionale».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer