Un sursis pour le Centre 24/7

La présidente du c.a. ne peut confirmer si... (Étienne Ranger, Ledroit)

Agrandir

La présidente du c.a. ne peut confirmer si le Centre 24/7 sera toujours en fonction dans quelques mois.

Étienne Ranger, Ledroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Centre 24/7 obtient un sursis. Alors que se déroule la Semaine de prévention du suicide, l'Agence de santé et des services sociaux de l'Outaouais a annoncé hier le retrait de sa subvention au seul organisme qui vient en aide aux personnes en détresse psychologique à Gatineau, avant de se raviser, quelques heures plus tard, a appris LeDroit.

Les administrateurs de l'Agence devaient annoncer la décision de ne plus financer le Centre 24/7 hier soir, lors du conseil d'administration. À la suite d'une rencontre avec la présidente du c.a. du Centre d'aide 24/7, Isabel Côté, l'Agence a décidé de retirer ce point à l'ordre du jour.

« Il y a eu une rencontre entre le pdg de l'Agence et la présidente du centre 24/7. Il y a de l'information nouvelle qui est venue sur la table, et le pdg juge que c'est pertinent que le dossier soit mis de côté pour faire des vérifications, et y revenir éventuellement », affirme un porte-parole de l'Agence, Mathieu Dupont.

Mme Côté a souligné le « courage » du président-directeur général intérimaire de l'Agence, Denis Chénier, qui a donné une chance au dialogue.

« On a de l'espoir et les contacts ne sont pas rompus, affirme-t-elle. La porte n'est pas fermée. Qu'elle soit entre-ouverte ou grande ouverte, je m'en fous. Elle est ouverte. »

Mme Côté demeure toutefois prudente. Elle ne peut confirmer que le Centre 24/7 sera encore en activité dans quelques mois, ni si les fonds pour assurer sa survie à long terme seront versés.

L'Agence souhaite mettre en place le 1er avril prochain une ligne Info-Social, combinée à la ligne Info-Santé qui existe actuellement au 8-1-1, qui offriront des services psychosociaux. Le Centre 24/7 sera donc touché par ces changements.

Isabel Côté estime toutefois que l'Agence de santé y perdra au change si elle se substitue entièrement au Centre 24/7 par le biais des CLSC ou des Centre de santé et de service sociaux (CSSS).

« Je ne pense pas que le CSSS peut en faire autant que nous avec le même budget, assure-t-elle. Les hôpitaux n'offrent pas d'hébergement, mais de l'hospitalisation. Où vont aller les personnes en détresse ? À l'urgence, entre autres. Et les urgences sont déjà pleines. »

Une utilisatrice du Centre 24/7 a profité de la période de question de la réunion d'hier pour vanter l'approche « unique » de l'organisme. Andrée Tremblay a dit avoir bénéficié d'une gamme très large de services, dont de l'hébergement et des consultations à domicile, pour son fils et son mari.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer