• Le Droit > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > CSSSG sous tutelle: la situation était devenue «intolérable» selon le Dr Barrette 

CSSSG sous tutelle: la situation était devenue «intolérable» selon le Dr Barrette

Gaétan Barrette... (Archives La Presse)

Agrandir

Gaétan Barrette

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Incapable d'éponger son déficit pour l'année financière en cours, le Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG) est mis sous tutelle par le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette.

«Je ne suis pas payé pour dormir et faire de la méditation transcendantale et de la contemplation de croissance de déficit, a lancé le Dr Gaétan Barrette en entrevue avec LeDroit. La situation déficitaire est chronique chez vous. Je veux bien qu'on trouve toutes sortes d'excuses, mais là ce n'était plus acceptable.»

Les pouvoirs des membres du conseil d'administration de l'établissement sont donc suspendus, et ce pour une période de 180 jours. Le président-directeur général de l'Agence de la santé de l'Outaouais, Jean Hébert, est pour sa part placé à la tête de l'organisation par le ministre, en remplacement du directeur général actuel, Denis Beaudoin. 

Selon nos informations, plusieurs membres de la direction de l'établissement ont appris la nouvelle par le biais du communiqué de presse publié par l'Agence. «M. Hébert devient le tuteur, il aura autorité à la fois sur le conseil d'administration et sur la direction de l'hôpital, a précisé M. Barrette. Les membres de la direction restent en place, pour l'instant.»

Le ministre de la Santé n'a visiblement pas apprécié le déficit de 5,6 millions $ pour l'année 2015 anticipé par la direction de l'établissement. «Il est de ma responsabilité d'agir en ce sens lorsqu'un établissement éprouve des difficultés qui compromettent son administration, son organisation ou son fonctionnement, a indiqué le ministre Barrette par voie de communiqué. C'est pourquoi les pouvoirs des membres du conseil d'administration de l'établissement sont suspendus et qu'un fondé de pouvoir a été nommé. Malgré plusieurs interventions de soutien et d'accompagnement au cours des dernières années et le dépôt de plusieurs plans d'équilibre budgétaire par l'établissement, les objectifs pour redresser la situation financière de l'établissement ne sont toujours pas atteints. Devant cet état de fait, nous n'avons d'autres choix que de placer le CSSSG sous administration provisoire en vue d'y apporter les correctifs qui s'imposent.

Plus de détails à venir

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer