Bilan Éducation/Santé 2014

Yves Bolduc... (Archives La Presse)

Agrandir

Yves Bolduc

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un personnage: Yves Bolduc

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a fait plusieurs annonces au cours des 12 derniers mois. De nouveaux programmes doivent voir le jour dans la région afin de répondre aux particularités de l'Outaouais, en raison de sa proximité avec l'Ontario. Le ministre de l'Éducation entend mettre en oeuvre des recommandations du rapport Demers sur l'offre de formation collégiale au Québec. Il veut accorder des nouveaux programmes en Outaouais en priorité, même si ces programmes sont aussi offerts ailleurs en province. Il s'est aussi attiré les foudres du milieu en parlant du nombre d'élèves par classe. Selon lui, augmenter les ratios n'aura pas d'impact sur la performance des élèves. Il a enfin indiqué son intention de faire passer le nombre de commissions scolaires au Québec de 72 à 46. Les commissions scolaires de Portages-de-l'Outaouais et des Draveurs proposent au moins deux entités, s'opposant ainsi au plan initial du ministre qui est de créer une seule entité en Outaouais. De son côté, la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées a adopté une résolution pour adopter le plan du ministre Bolduc.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.... (PHOTO Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

PHOTO Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Un lieu: Faculté satellite de médecine

L'Université McGill a proposé d'implanter une faculté satellite de médecine en Outaouais. La première cohorte de 24 étudiants devait y faire son entrée à l'automne 2016, selon le plan proposé par les instigateurs du projet, mais le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a mentionné cet été que le pavillon des sciences de la vie ne serait assurément pas construit à temps. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a tenu le même discours plus tôt ce mois-ci, indiquant que le projet verrait le jour d'ici la fin de son mandat. La faculté satellite de médecine permettrait de former, du début jusqu'à la fin, les médecins dans la région. Actuellement, seules les deux dernières années de la formation sont disponibles en Outaouais. Il a souvent été dit qu'une telle faculté de médecine satellite serait la solution à la pénurie de médecins de famille. Il manque toujours 100 médecins de famille en Outaouais et seulement 56% de la population de la rive québécoise a accès à un médecin de famille.

Un personnage: Yves Bolduc (Archives, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Archives, LeDroit

Un mot: Rapatriement

Québec a souligné à quelques reprises son intention de rapatrier les soins de santé en Outaouais et ainsi éviter que les patients se fassent soigner de l'autre côté de la rivière. Afin de rapatrier près de 800 accouchements sur la rive québécoise, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé le déménagement de la Maison des naissances de l'Outaouais. La construction du nouvel édifice débutera dès 2016. Québec dépense environ 120 millions par année pour faire soigner des patients de l'Outaouais à Ottawa. Le DrBarrette précise qu'environ 40% de cette somme peut être rapatriée et il souhaite le faire avant 2018. La région n'a pas connu une telle vague de rapatriement des soins de santé sur son territoire depuis les années 1980. De son côté, le groupe citoyen Santé Outaouais 2020 a déploré l'inaction du gouvernement dans ce dossier. Le groupe réclame de meilleurs soins du côté québécois.

Un personnage: Yves Bolduc (Archives, LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Archives, LeDroit

Un chiffre: 10

Comme dans le projet de loi 10 proposé par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. La réforme du réseau de la santé du ministre prévoit, entre autres, l'abolition des Agences de la santé et des Centres de santé et de services sociaux (CSSS) pour mener à la création de Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS). Le CISSS de l'Outaouais englobera les CSSS de Gatineau, de Papineau, du Pontiac, des Collines et de la Vallée-de-la-Gatineau, ainsi que tous les établissements qui avaient déjà été fusionnés à ces organisations au début des années 2000. Les Centres jeunesse, le Pavillon du parc et le centre de réadaptation La RessourSe seront aussi fusionnés à l'intérieur de l'établissement régional. La nouvelle entité comptera environ 8000 employés et aura un budget avoisinant 800 millions$. Cette annonce a été fortement dénoncée dans la région, particulièrement par les cinq MRC de l'Outaouais. Elles craignent un effet démobilisateur dans les régions rurales. Selon les estimations avancées par le Parti libéral, cette réforme permettrait de réaliser des économies de 200 millions$ à l'échelle de la province.

Un personnage: Yves Bolduc (Archives, LeDroit) - image 5.0

Agrandir

Archives, LeDroit

Une résolution: La création de l'université franco-ontarienne

Le projet d'une université de langue française en Ontario ne pourra pas voir le jour avant qu'une étude de faisabilité soit réalisée. C'est ce qui a été annoncé lors du sommet provincial des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français, en octobre. Cette étude permettra de déterminer le système précis à envisager dans ce projet en plus d'établir les façons d'y arriver et quel modèle sera choisi. Des membres de la communauté franco-ontarienne réclament depuis plus d'un an que le gouvernement ontarien approuve la création d'une institution à leur image. De son côté, le Regroupement étudiant franco-ontarien (REFO) a identifié la création d'une telle institution comme la priorité au printemps dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer