La recette de la docteure Bureau

La docteure Anne-Marie Bureau, Jean-Marc et Loyc avaient... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La docteure Anne-Marie Bureau, Jean-Marc et Loyc avaient le coeur à la fête lors de la guignolée au Centre de pédiatrie sociale de Gatineau.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau (CPSG) a définitivement le vent dans les voiles. Cinq ans après sa création, en plus d'une expansion de ses locaux du Vieux-Gatineau, un nouveau bureau ouvrira dans le Vieux-Hull cet hiver.

Pour expliquer ces succès, difficile de ne pas penser à l'énergie et l'enthousiasme de la DreAnne-Marie Bureau. Samedi, pendant sa guignolée annuelle, les enfants s'amusaient et bricolaient comme s'ils étaient à la maison, leur maison. C'est justement l'ambiance que la DreBureau souhaite créer dans son centre. Au CPSG, aucun enfant n'est ignoré.

«Ici, (les enfants) savent qu'ils sont chez eux. [...] On n'a pas besoin de mettre de règlements, soutient Anne-Marie Bureau. Tout ce qu'ils ont de différent des enfants de quartiers favorisés, c'est qu'ils ont moins de moyens. Ils n'ont pas moins de talents, ils ne sont pas moins intelligents. [...] Je ne travaille pas avec des petits enfants pauvres qui font pitié. Je travaille avec des champions.»

Cette ambiance familiale ne pourrait exister si les parents n'y étaient pas admis. Samedi, des pères assistaient aux activités, un peu en retrait. Selon la DreBureau, cette situation n'est pas rare. Lentement mais sûrement, la plupart d'entre eux finissent par se mêler au groupe. Le problème, bien souvent, c'est qu'ils doivent composer avec leurs propres problèmes.

«Ils sont tous de bons parents, mais tu as des parents qui ont de petites, de moyennes ou de grosses difficultés. [...] Quand il n'y a rien à manger dans le frigo, on ne s'assoit pas pour jouer aux bonshommes avec les enfants, c'est ça la vraie vie. C'est sûr qu'il y a un processus parce que c'est difficile pour eux de croire que ça peut se passer comme ça.»

Le dernier ingrédient qui fait tenir la pâte, c'est l'équipe d'Anne-Marie Bureau. Samedi, à la guignolée, ils y étaient tous. Pourtant, ils n'étaient pas payés. Malgré ses succès, le CPSG demeure un organisme avec un budget limité. La DreBureau l'admet, ils sont cheaps, mais ils n'ont pas les moyens de faire autrement.

«Ils sont jeunes, compétents et extraordinairement engagés, affirme Anne-Marie Bureau. Je pense qu'ils carburent à la même chose que nous, c'est-à-dire de voir des enfants qui ont des histoires épouvantables, qui nous arrivent en miettes, se développer et s'épanouir.»

Du support

L'enthousiasme de la DreAnne-Marie Bureau a également un impact à l'extérieur des activités quotidiennes du CPSG, notamment dans le développement d'un deuxième local dans le Vieux-Hull.

Le vice-président du Groupe Heafey, Charles Masse, fait partie de ceux qui sont tombés en amour avec le CPSG.

«Je ne suis pas du genre à embarquer dans des causes, mais celle-là, j'ai dit qu'on devait être là à 100%».

Le nouveau local du CPSG dans le Vieux-Hull sera en très grande partie financé par des partenaires privés (Multivesco, Brigil, Katasa, le Groupe Heafey et plusieurs autres).

Selon le directeur général du CPSG, Simon Drolet, un tel investissement de ces gens d'affaires ne survient pas uniquement par générosité. Il estime que la mission du CPSG cadre dans leur vision du centre- ville.

«Je pense que (pour eux) le développement économique va de pair avec le développement social sur l'Île-de-Hull. [...] Quand on leur a fait la démonstration, ça n'a pas été long. La DreBureau les a séduits», soutient M. Drolet.

Anne-Marie Bureau ne manque pas de souligner la générosité des partenaires du CPSG pour le local du centre-ville.

Or, Charles Masse lui renvoie immédiatement le compliment. Il prétend que cet investissement sera réalisé pour une seule raison, et c'est en raison du succès obtenu par la docteure Anne-Marie Bureau et son équipe.

Jpaquette@ledroit.com

D'un côté, le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau (CPSG) se réjouit. La Guignolée de la DreBureau a permis de récolter 77000$, soit environ 5000$ de plus que l'an dernier. En même temps, l'objectif de 100000$ est loin d'être atteint. Le CPSG demande l'aide du public et de la communauté d'affaires pour compléter ce financement. Des dons peuvent être faits au www.pediatriesocialegatineau.com ou par téléphone au 819-643-3000. Cette année, ce sont 220 bénévoles qui ont participé à la Guignolée de la docteure Bureau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer