Le gel du financement des hôpitaux ontariens dénoncé

Le patron de l'Hôpital d'Ottawa, Dr Jack Kitts, admet... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le patron de l'Hôpital d'Ottawa, Dr Jack Kitts, admet que son établissement fait face à un achalandage sans précédent, dit le syndicat.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gel du financement des hôpitaux est intenable et met en péril la qualité des soins offerts à la population, croit le syndicat représentant les travailleurs de l'Hôpital d'Ottawa.

Le président de la section locale 4000 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Rob Driskell, exhorte le pdg de l'hôpital à contester les compressions de Queen's Park, au lieu de les mettre en application.

Le patron de l'hôpital, Dr Jack Kitts, admet que son établissement fait face à un achalandage sans précédent, dit le syndicat.

«Pourtant, l'hôpital est à nouveau prêt à effectuer de nouvelles coupures et à saper les soins aux patients, affirme M. Driskell. Ce type d'action défie toute logique. Au lieu d'ajouter des emplois et des services pour soigner un plus grand nombre de patients, les administrateurs de l'hôpital les réduisent en situation de demande accrue.»

Le syndicat représente quelque 3800 employés qui travaillent notamment aux campus Général, Civic et Riverside, ainsi qu'à l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa.

En 2013, le gouvernement de l'Ontario a gelé le financement des hôpitaux pour une durée de cinq ans.

M. Driskell prévient que les coupes auront comme conséquences d'allonger les délais pour des services comme l'imagerie diagnostique, les transcriptions médicales et la physiothérapie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer