Inquiétudes au CSSS des Collines

Marcel Chartrand... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Marcel Chartrand

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) des Collines craint d'être oublié dans la restructuration des soins de santé proposée par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et demande à ce dernier de lui fournir un financement qui correspond aux besoins de la population.

Dans la foulée du projet de loi 10 qui réunirait les CSSS de l'Outaouais en une seule agence, le conseil d'administration du CSSS des Collines a transmis un mémoire à la commission parlementaire mandatée pour étudier cette restructuration. Le CSSS des Collines affirme qu'il sera défavorisé sous le nouveau modèle d'administration, tout comme il l'a été lors de l'implantation des CSSS.

«Dans le passé, il y a eu des organisations pour favoriser les petites municipalités, dont les CSSS, ce qui n'a pas fonctionné pour nous. C'est certain que nous voyons le nouveau modèle de façon défavorable, puisque déjà sous l'ancien, nous avons été oubliés», estime Marcel Chartrand, membre du conseil d'administration du CSSS des Collines.

Dans son mémoire, le conseil d'administration déplore le fait que les budgets accordés au CSSS des Collines n'ont jamais augmenté, alors que le taux d'occupation à l'urgence a plus que doublé au cours des dernières années, à l'instar de la population qui a connu une hausse significative. Toujours selon le conseil d'administration, l'urgence de l'Hôpital de Wakefield ne possède pas l'équipement de diagnostic nécessaire pour recevoir les cas graves et ces derniers doivent être transférés dans les hôpitaux de Hull ou de Gatineau.

«Les résidents de Gatineau viennent à l'Hôpital de Wakefield pour passer moins de temps aux urgences, mais nous n'avons pas l'équipement nécessaire pour les soigner. Nous devons alors libérer une infirmière pour les transférer dans un autre hôpital, un médecin doit préparer les documents pour ce même transfert, et au final, nous perdons un temps fou», souligne M. Chartrand.

Ce dernier s'inquiète également de la place qui sera accordée aux membres du conseil d'administration du CSSS des Collines au sein de la nouvelle organisation.

«Peu importe le système de gestion, ce que nous demandons, c'est que le financement soit fait adéquatement, que notre population soit représentée équitablement», indique Marcel Chartrand.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer