Impression Charles blâmé par la CSST

La CSST conclut dans son rapport d'enquête dévoilé... (PHOTO PATRICE LAROCHE, LE SOLEIL)

Agrandir

La CSST conclut dans son rapport d'enquête dévoilé mercredi que l'une des causes de l'accident fatal est la déficience en matière de sécurité à l'égard de l'aménagement du poste de travail.

PHOTO PATRICE LAROCHE, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entreprise gatinoise Impression Charles est pointée du doigt par la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) à la suite d'une chute qui a coûté la vie à un travailleur lors de l'installation d'une enseigne commerciale le 25 avril dernier dans le secteur Aylmer.

Ce jour-là, le surperviseur Étienne Moreau, possédant de l'expérience dans le domaine mais à l'emploi de la compagnie depuis quelques jours seulement, se trouvait au 1630, chemin Pink en compagnie d'un collègue de travail pour la pose d'une enseigne de bois sur la façade supérieure d'un bâtiment.

Après avoir percé des trous en vue de l'assemblage de boulons en matinée, la victime revient sur les lieux environ une heure plus tard et pénètre dans l'intérieur de la façade de l'immeuble pendant que l'installateur prend position dans une nacelle à l'extérieur. La partie supérieure où l'homme se trouve est entièrement au-dessus du vide.

À peine quelques secondes se sont écoulées lorsque le travailleur âgé dans la cinquantaine a perdu l'équilibre puis est passé au travers du soffite, atterrissant trois mètres plus bas la tête première sur l'asphalte. Transporté à l'hôpital, il a succombé à ses graves blessures deux semaines plus tard.

La CSST conclut dans son rapport d'enquête dévoilé mercredi que l'une des causes de l'accident fatal est la déficience en matière de sécurité à l'égard de l'aménagement du poste de travail.

Par conséquent, la CSST considère que l'employeur a agi de manière à compromettre la sécurité des employés en ayant recours à une méthode de travail dangereuse pour l'installation d'une enseigne. Puisqu'il s'agit d'une première infraction de ce type, un constat d'infraction variant entre 16 000$ et 63 000$ lui sera remis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer