Clé USB perdue: possible poursuite contre Montfort

L'Hôpital Montfort pourrait faire l'objet d'une poursuite dans... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

L'Hôpital Montfort pourrait faire l'objet d'une poursuite dans le dossier de la clé USB contenant des données sur 25 000 patients qui a été perdue par un employé, l'automne dernier.

ARCHIVES, LeDroit

Partager

Sur le même thème

L'Hôpital Montfort pourrait faire l'objet d'une poursuite dans le dossier de la clé USB contenant des données sur 25 000 patients qui a été perdue par un employé, l'automne dernier.

Lettre reçue par 25 000 patients de l'Hôpital... - image 1.0

Agrandir

Lettre reçue par 25 000 patients de l'Hôpital Montfort

Deux avocats des firmes Sutts, Strosberg LLP et Falconer Charney LLP sont à Ottawa, jeudi, afin de rencontrer des individus qui, estimant avoir été lésés, les ont contactés dans le but de prendre part à un recours collectif contre l'Hôpital Montfort.

La requête en recours collectif toucherait l'ensemble des patients qui ont été avisés que des informations à leur sujet se trouvaient sur la clé USB perdue.

L'Hôpital Montfort avait envoyé, en janvier, une lettre à quelque 25 000 patients pour les informer que des données les concernant avaient été égarées.

«[...] Malgré nos mesures en place, une clé USB non sécurisée, contenant certains renseignements de santé à votre sujet, a récemment été perdue, pouvait-on lire dans la lettre. Les renseignements qui se trouvaient sur cette clé ont été recueillis en octobre 2012 pour des fins de paiements et contenaient votre nom, des données sommaires sur le type de service reçu, la date du service, ainsi que le code se rattachant à votre fournisseur de service de santé.»

Le vice-président à la qualité et à la performance organisationnelle de l'Hôpital Montfort, Philippe Marleau, avait à l'époque assuré que la clé USB ne contenait ni les numéros de carte santé, ni les diagnostics, les adresses postales ou les informations bancaires des patients concernés.

Un rappel des procédures à suivre pour éviter qu'un tel incident ne se reproduise a été fait auprès du personnel. Aucune sanction n'avait été imposée à l'employé ayant égaré la clé USB, car la direction de l'établissement souhaitait plutôt encourager son personnel à déclarer tout incident de la sorte.

Les deux firmes d'avocat demandent aux gens qui se sentent lésés par cet incident d'entrer en communication avec elles.

Hier soir, LeDroit n'a pas été en mesure d'obtenir des commentaires de la dizaine de gens qui s'était pointée au rendez-vous convoqué par les avocats dans un édifice à bureaux de la rue Bank.

Une dame s'est d'abord dite intéressée à donner sa version des faits mais un autre patient dont les données ont été perdues par l'hôpital est intervenu pour lui suggérer d'attendre les consignes des avocats.

Une fois la réunion amorcée sur le coup de 17 h, l'un des avocats a indiqué qu'il n'accorderait pas d'entrevue. La réunion devait être d'une durée de 90 minutes. LeDroit est ensuite retourné sur place, mais a fait le pied de grue en vain.

Avec Daniel LeBlanc

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer