Pénurie d'infirmières au bloc opératoire

Les départs sont nombreux au bloc opératoire de... (photo archives la presse)

Agrandir

Les départs sont nombreux au bloc opératoire de l'Hôpital de Hull, au point où le quart des postes d'infirmières y sont actuellement vacants.

photo archives la presse

Partager

Les départs sont nombreux au bloc opératoire de l'Hôpital de Hull, au point où le quart des postes d'infirmières y sont actuellement vacants.

«Les infirmières sont à bout. [...] Ça n'a jamais été aussi pire que là, c'est épouvantable comment on manque de personnel, on travaille toujours à personnel réduit, a confié au Droit une infirmière du bloc opératoire de Hull, qui a souhaité garder l'anonymat. On a cinq salles d'opération qui roulent le jour, et ça prend trois infirmières par salle, mais il y a souvent deux à trois congés de maladie par jour et ces personnes-là ne sont pas remplacées.»

Selon cette infirmière, son équipe a encaissé sept démissions depuis le mois de juillet dernier. Deux infirmières seraient parties en l'Ontario, d'autres seraient retournées dans leur région natale, et une autre aurait quitté «parce qu'elle était tannée».

«On a effectivement des départs, mais ce ne sont pas des départs pour cause de surcharge de travail», affirme pour sa part le directeur des communications du Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG), Sylvain Dubé. Ce dernier précise aussi que «les médecins et les infirmières s'assurent toujours que les chirurgies se fassent de manière sécuritaire».

Selon M.Dubé, sur un total équivalant à 37,25 postes à temps complet, 12 sont présentement vacants. Puisque deux de ces postes seront prochainement occupés par des infirmières qui sont en formation, il en restera dix à pourvoir. «On est en recrutement intensif, indique M.Dubé. [...] Il y a beaucoup de mouvance au bloc à Hull, mais ça ne date pas d'aujourd'hui.»

Productivité

L'infirmière qui s'est confiée reconnaît que des progrès bénéfiques pour les patients ont été réalisés au bloc opératoire grâce à la mise en place d'un processus LEAN. Les plus récentes statistiques montrent que l'Outaouais affiche des résultats supérieurs à la moyenne provinciale en ce qui concerne les délais d'attente pour obtenir une chirurgie, alors que la région se trouvait, il y a deux ans, au bas du classement.

«Le LEAN, ça nous a aidés à être plus productifs, c'est vrai, et je ne retournerais pas en arrière, mais le problème, c'est qu'on n'a pas de monde pour travailler, se désole cette infirmière. C'est bien beau d'avoir des démarches plus efficaces, mais si on n'a pas de monde et que les gens qui sont là se brûlent et veulent s'en aller, ça devient comme un cercle vicieux.»

La présidente du syndicat qui représente les infirmières du CSSSG, Lyne Plante, note pour sa part que la pénurie qui touche le bloc opératoire à l'Hôpital de Hull est «préoccupante», et qu'il s'agit d'un problème observé «partout» dans l'organisation. «À Gatineau aussi, il y a quelques mois, on avait beaucoup de postes vacants, indique Mme Plante. C'est cyclique, mais c'est quand même dur de travailler au bloc opératoire, c'est très exigeant.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Où est l'ambulance?

    Santé

    Où est l'ambulance?

    La députée de Gatineau, Stéphanie Vallée, estime que le ministre de la Santé, Réjean Hébert, « n'a pas donné l'heure juste » au sujet de l'ajout... »

  • Le ministre Hébert s'en prend à la députée Vallée

    Santé

    Le ministre Hébert s'en prend à la députée Vallée

    Le dossier des services ambulanciers en Outaouais a rebondi à la période de questions, hier, à l'Assemblée nationale. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer