Montfort perd des données sur la santé de 25 000 patients

C'est par le biais de lettres envoyées directement... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

C'est par le biais de lettres envoyées directement chez eux que des milliers de patients de l'Hôpital Montfort ont été avisés de la perte de renseignements qui les concernent.

ARCHIVES, LeDroit

Partager

Sur le même thème

L'Hôpital Montfort a perdu l'automne dernier la trace d'une clé USB non sécurisée contenant des renseignements personnels sur la santé de 25 000 patients.

Lettre reçue par 25 000 patients de l'Hôpital... - image 1.0

Agrandir

Lettre reçue par 25 000 patients de l'Hôpital Montfort

C'est par le biais de lettres envoyées directement chez eux que des milliers de patients de l'Hôpital Montfort ont été avisés de la perte de renseignements qui les concernent.

«[...] Malgré nos mesures en place, une clé USB non sécurisée, contenant certains renseignements de santé à votre sujet, a récemment été perdue, peut-on lire dans la lettre, dont LeDroit a obtenu copie. Les renseignements qui se trouvaient sur cette clé ont été recueillis en octobre 2012 pour des fins de paiements et contenaient votre nom, des données sommaires sur le type de service reçu, la date du service, ainsi que le code se rattachant à votre fournisseur de service de santé.»

Le vice-président à la qualité et à la performance organisationnelle de l'Hôpital Montfort, Philippe Marleau, assure que la clé USB égarée ne contenait ni les numéros de carte santé, ni les diagnostics, les adresses postales ou les informations bancaires des patients concernés.

La perte de la clé USB remonte à la fin de semaine du 24 et 25 novembre dernier. C'est l'employé qui a égaré la clé USB qui en a fait part à ses supérieurs en rentrant au travail, le 26 novembre. «Cet individu-là avait un fardeau de travail et voulait en rapporter à la maison, a transmis de l'information sur la clé USB, mais l'a perdue entre l'hôpital et la maison, indique M. Marleau. Cette personne-là a quand même fait ce qu'elle devait faire, et l'a déclaré.»

Ce dernier précise que l'employé en question, qui relève du département des finances de l'hôpital, n'était pas autorisé à agir de la sorte, d'autant plus que la clé USB n'était pas sécurisée par un processus de cryptage.

M. Marleau affirme que l'Hôpital a voulu prendre le temps nécessaire pour bien déterminer les informations qui se trouvaient sur la clé USB, avant de diffuser la nouvelle de sa perte, afin de pouvoir avertir tous les patients concernés. «On a évalué que le tort potentiel de l'information et le risque étaient quand même mineurs comparativement à s'il y avait eu des informations personnelles ou bancaires», a-t-il indiqué.

Un rappel des procédures à suivre pour éviter qu'un tel incident ne se reproduise a été fait auprès du personnel.

M. Marleau précise que rien ne laisse croire qu'une personne mal intentionnée ait eu accès à cette clé USB. «On la croit toujours perdue», a-t-il mentionné.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer