14 postes de médecins à combler en Outaouais

Dans sa répartition des nouveaux postes de médecins... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Dans sa répartition des nouveaux postes de médecins de famille autorisés pour chaque région en 2013, le ministère de la Santé en a octroyé 30 à l'Outaouais. À l'heure actuelle, 14 sont toujours disponibles.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partager

Pendant que plusieurs régions ont encore une fois cette année reçu plus de candidatures que de postes disponibles en médecine familiale, l'Outaouais ne perd pas espoir de réussir à atteindre son objectif de recrutement d'ici l'automne prochain.

Dans sa répartition des nouveaux postes de médecins de famille autorisés pour chaque région en 2013, le ministère de la Santé en a octroyé 30 à l'Outaouais. À l'heure actuelle, 14 sont toujours disponibles.

Selon Johanne Charette, conseillère aux établissements à l'Agence de la santé de l'Outaouais, trois autres postes devraient trouver preneur «d'ici quelques semaines», de sorte qu'il en restera 11 à pourvoir en cours d'année. «C'est autour de ce qu'on avait prévu, souligne MmeCharette. [...] Je serais très surprise de ne pas être près de notre objectif à l'automne.»

Des données publiées il y a trois semaines par le ministère de la Santé montrent que sur les dix régions «intermédiaires ou éloignées», cinq pourront sans doute sélectionner leurs nouveaux médecins de famille. Il s'agit du Bas-Saint-Laurent, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Mauricie-Centre-du-Québec, du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James, qui ont toutes reçu plus de candidatures que de postes disponibles.

Johanne Charette note que pour 2013, l'Outaouais est la région de sa catégorie qui a le droit de recruter le plus grand nombre d'omnipraticiens, ce qui rend la tâche plus difficile.

«Il ne faut pas s'asseoir sur nos lauriers, précise-t-elle. Ce n'est pas facile, parce qu'on est en compétition avec des régions qui sont tout aussi agressives que nous dans leur approche, et on pige tous dans le même pot, dans la même assiette, donc si j'en ai deux fois plus à recruter que d'autres régions, c'est deux fois plus difficile.»

L'Agence de la santé croit dans sa stratégie de recrutement, et souligne notamment que la rétention est bonne auprès des médecins qui effectuent leur résidence à l'Unité de médecine familiale de Gatineau.

Johanne Charette rappelle toutefois que de nombreuses années s'écoulent entre le moment où un étudiant en médecine est rencontré pour la première fois et le jour où il peut commencer sa pratique. «C'est presque toujours sept ans de compte à rebours avant de cueillir ce qu'on a semé, indique MmeCharette. Mais je suis encore persuadée que d'ici les cinq prochaines années, on va être dans une situation tout à fait acceptable.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer