Hébert annonce une ronde de consultations

Réjean Hébert, ministre québécois de la Santé.... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Réjean Hébert, ministre québécois de la Santé.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Les résidents de l'Outaouais seront consultés au printemps prochain et pourront ainsi s'exprimer sur toutes les questions touchant le réseau de la santé. C'est que qu'a annoncé hier le ministre de la Santé, Réjean Hébert, en insistant sur l'importance de ne pas dépenser l'argent des Québécois en Ontario.

La consultation, qui sera constituée de «six rencontres territoriales et régionales», aura lieu en mai et en juin 2013. Un portail web sera aussi créé pour ceux qui souhaiteront y émettre leur opinion sur le réseau de la santé de l'Outaouais.

Les résultats de cette consultation devraient être connus dès la fin juin 2013. S'il y a lieu, l'Agence de la santé de l'Outaouais s'en servira pour modifier sa planification stratégique 2010-2015. Le Dr Guy Morissette, président-directeur général de l'Agence, a souligné que le réseau a changé au cours des dernières années, et qu'il est donc temps de reprendre le pouls de la population.

L'un des enjeux dont il est question dans cette planification est la consommation de soins de santé en Ontario par des résidents de l'Outaouais. En 2011, les remboursements faits par la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) pour des soins prodigués à Ottawa à des résidents de l'Outaouais a atteint un sommet de 107,8 millions$.

«Notre orientation sera de rapatrier ces personnes qui doivent consulter à l'extérieur des services qui pourraient être disponibles ici en Outaouais», a dit le ministre Hébert à l'occasion de sa première visite en Outaouais, en précisant que certains services surspécialisés pourront continuer d'être obtenus à Ottawa, plutôt qu'à Montréal.

Le dernier plan de rapatriement des soins date de 2001, a rappelé M.?Hébert. «Nous voulons reprendre ce dossier et reprendre ce défi», a-t-il mentionné, en ciblant notamment l'ophtalmologie et l'obstétrique, alors que 1245 femmes de l'Outaouais ont accouché à Ottawa en 2011-2012.

«J'attends un plan d'action pour qu'on puisse rapatrier les accouchements et les cataractes, et dès qu'on me fournit un plan concret, on va se mettre à la tâche et voir quelles sont les conditions à remplir.»

Le Dr Guy Morissette affirme qu'il est trop tôt pour déterminer le coût des démarches de rapatriement. «On va bien définir les besoins, dit-il. On ne pourra pas toucher tout en même temps. [...] On va cibler les secteurs où les chances de succès sont grandes, où le bénéfice de rapatrier va être grand pour la population de l'Outaouais et là, dépendant de ce qu'on choisira comme mesures, il y aura un coût qui sera identifié, et on verra comment on pourra répondre au coût.»

Plus de détails dans l'édition du Droit du 14 décembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer