Le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau fête ses trois ans

Miser sur la proximité des jeunes et gagner

Selon le Dr Gilles Julien, le CPS de... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Selon le Dr Gilles Julien, le CPS de Gatineau est un beau modèle de centre autonome, grâce en partie à la proximité que la Dre Anne-Marie Bureau partage avec les enfants.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Le petit Gabriel Guarnaccia, cinq ans, n'a pas hésité avant d'aller s'installer sur les genoux de la Dre Anne-Marie Bureau pour y déguster son biscuit et siroter son verre de lait, en pleine conférence de presse. Alors que le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau (CPS) fête son troisième anniversaire, l'instigateur de cette approche, le Dr Gilles Julien, attribue son essor au « pilier » qu'est la Dre Bureau.

Les enfants qui donnent une grosse caresse à un médecin de famille sont sans doute peu nombreux, mais au CPS de Gatineau, il n'y a rien de plus normal. La Dre Anne-Marie Bureau voit les mêmes enfants sur une base régulière, et ils se sont attachés à elle au fil du temps. Et le décor du centre n'a rien à voir avec celui d'une clinique médicale traditionnelle.

« Il s'en est passé des choses depuis trois ans, on a grandi, alors évidemment on reçoit plus d'enfants qu'on recevait, je pense qu'on les reçoit mieux, et on a une équipe qui s'est agrandie », a souligné hier la Dre Bureau.

Le Dr Gilles Julien, qui a fondé les premières cliniques de pédiatrie sociale à Montréal, affirme être fier de ce qui a été accompli dans la région par la Dre Bureau et son équipe. « À Gatineau, après trois ans, c'est un des beaux modèles de centre de pédiatrie sociale autonome, a-t-il mentionné. [...] Anne-Marie, avec toute l'équipe ici, a réussi en trois ans à se grounder dans la communauté, et c'est une des conditions pour que ça marche. Si on n'est pas groundé, si on n'est pas en lien direct avec la communauté, si les familles ne sont pas là, ça ne pourrait pas marcher, ce serait de la foutaise. »

Pour la maman du petit Gabriel, Isabelle Boisvert, le CPS de Gatineau a joué un grand rôle dans la préparation de son fils pour la maternelle. Pendant que le petit Gabriel confie aimer tout particulièrement le temps qu'il passe à jouer avec les blocs Lego du CPS, sa mère apprécie l'évolution qu'elle a pu constater chez lui en deux séances de construction. « Il a changé dans la façon qu'il parlait, dans sa façon d'interagir avec les autres enfants, a indiqué Mme Boisvert. Il adore venir ici. [...] Il vient de commencer l'école, donc il vient moins souvent, mais avant, il était ici au moins une fois par semaine. »

Plus de détails dans l'édition du 17 novembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer