Les scientifiques dénoncent Trump

Des scientifiques ont paisiblement manifesté pour le soutien... (MARTIN ROY, LE DROIT)

Agrandir

Des scientifiques ont paisiblement manifesté pour le soutien à la science ouverte et indépendante devant le Parlement, samedi.

MARTIN ROY, LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plusieurs centaines de scientifiques et défenseurs de la science, dont certains vêtus d'un sarrau blanc, se sont rassemblés samedi sur la Colline parlementaire à Ottawa dans le cadre d'une mobilisation planétaire de soutien à la science ouverte et indépendante.

Des manifestations semblables ont eu lieu dans plus de 500 autres villes à travers le monde, ont indiqué les organisateurs. Le mouvement, qui avait lieu lors du Jour de la Terre, se voulait «une réponse collective aux attaques sans précédent de l'administration Trump contre la science et les scientifiques aux États-Unis». 

Katie Gibbs, directrice générale de l'organisation Évidence pour la démocratie, a affirmé que les scientifiques américains ont été muselés à la suite de l'accession de Donald Trump à la présidence des États-Unis, et que les subventions à la recherche ont été mises sur la glace.

«Toutes les références aux changements climatiques ont été retirées du site web de la Maison-Blanche», a rappelé Mme Gibbs devant la foule, précisant du même élan que le rassemblement de samedi se voulait un mouvement de solidarité envers les scientifiques américains.

«Nous marchons tous aujourd'hui, partout dans le monde, parce que nous savons que la science touche chaque aspect de nos vies. Nous marchons parce que l'environnement en dépend, parce que notre santé en dépend et parce que notre prospérité en dépend, a continué Mme Gibbs. Nous marchons parce que nous croyons que les décisions doivent être prises sur les preuves, et non avec des faits alternatifs».

Les scientifiques canadiens ont eu maille à partir avec l'ancien gouvernement de Stephen Harper après, entre autres, que les conservateurs eurent effectué des compressions dans les budgets. Ils ont aussi accusé l'ancien gouvernement de les avoir censurés.

Debi Daviau, présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), le plus important syndicat de scientifiques au pays, a précisé que les Américains ont épaulé les Canadiens dans leur bataille contre Ottawa, et que c'est maintenant eux qui viennent en appui à leurs collègues au sud de la frontière. 

Le syndicat a négocié une entente collective garantissant le droit aux scientifiques de parler librement de sciences et de leurs travaux, mais l'accord n'a toujours pas été signé, a déploré Mme Daviau.

«La science n'est pas épeurante, l'ignorance l'est», a-t-elle lancé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer