Premier 5 à 7 d'élus de l'Outaouais

À l'invitation du maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin,... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

À l'invitation du maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin, une trentaine d'élus municipaux, provinciaux et fédéraux de la région se sont réunis pour discuter le temps d'un 5 à 7 organisé à la Maison du citoyen lundi.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élus de l'Outaouais, tous paliers de gouvernement confondus, étaient réunis à la Maison du citoyen, lundi soir. Officiellement, l'invitation était lancée pour accueillir les nouveaux députés fédéraux dans «l'équipe Outaouais». Pourtant, ce sont les représentants des milieux ruraux qui attendaient l'événement avec le plus d'impatience.

L'initiative du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a été saluée par plusieurs, lundi, mais notamment le milieu rural. Ce dernier leur a bien rendu en se disant conscient que Gatineau possède 72% de la population de l'Outaouais, mais seulement 1% du territoire et que sa Ville doit donner un écho aux revendications de l'Outaouais rural.

Le préfet de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Michel Merleau, pourrait difficilement être plus en accord avec ces propos. Il donne l'exemple du projet d'observatoire régional à l'Université du Québec en Outaouais, un projet financé en grande partie par Gatineau.

M. Merleau souhaite «s'accrocher» à ce projet, mais souligne que sans la métropole de la région, ça n'aurait jamais vu le jour.

Du même coup, Michel Merleau rappelle que la ruralité peut apporter beaucoup à Gatineau. L'aéroport de Maniwaki, même s'il est petit, peut contribuer à créer du trafic à l'aéroport de Gatineau, dit-il. Du même coup, ce partenariat donnerait un second souffle à cette infrastructure de la Vallée-de-la-Gatineau.

«Gatineau, c'est le phare. L'Outaouais, c'est d'abord et avant tout Gatineau à cause de sa démographie. La guerre des chiffres, on va la gagner si Gatineau est avec nous autres», soutient M. Merleau.

Même discours du côté de la ministre de la Justice et députée de Gatineau, Stéphanie Vallée.

«Je suis heureuse que le maire ait souligné cette importance de travailler ensemble parce que c'est certain que le développement économique, il passe par Gatineau aussi», a-t-elle affirmé au Droit.

Le maire de Gatineau se réjouit de pouvoir offrir du poids politique aux revendications du milieu rural, mais il précise que, sans des relations étroites et une consultation constante, Gatineau ne peut assumer ce rôle de leadership. «Je ne peux pas décider ce qui est bon pour eux», résume M. Pedneaud-Jobin.

Le 5 à 7 de lundi permettait justement de consolider ces liens entre les élus de la région. Selon le préfet de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, ce n'est qu'un exemple de plus d'un changement de mentalité dans la région.

La concertation et le choix de priorités régionales sont devenus des incontournables dans les processus décisionnels. Michel Merleau croit que plusieurs élus ont compris que, même si le projet de leur municipalité passe deuxième, ils sont tout de même gagnants.

«Quand une entreprise est en recherche d'un site [...], l'important, c'est qu'elle aboutisse en Outaouais. Une fois qu'elle est en Outaouais, ça importe peu où elle s'installe. [...] Des entreprises de Maniwaki ou de Gracefield peuvent facilement être des sous-traitants. Mais si l'entreprise s'établit à Trois-Rivières, aucune chance.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer