Sécurité du parlement: des doutes sur le transfert à la GRC

Des agents de la GRC veillent à la... (Adrian Wyld, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Des agents de la GRC veillent à la sécurité, près du Parlement, peu de temps après l'attentat du 22 octobre.

Adrian Wyld, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Donner à la GRC la responsabilité de la sécurité pour toute la colline du Parlement rendra-t-il celle-ci plus sécuritaire? Le dirigeant du syndicat représentant l'équipe de sécurité actuelle ne le croit pas.

Aucun des 225 gardiens patrouillant actuellement l'intérieur du parlement ne perdra son emploi avec l'application des nouvelles mesures, incluses dans la loi budgétaire soumise à la Chambre des communes.

Le président de l'Association des employés du service de sécurité de la Chambre des communes, Roch Lapensée, croit qu'exiger qu'un agent principal de la GRC se rapporte aux présidents du Sénat et des Communes - et potentiellement à la GRC - risque de créer de la confusion si un incident survient.

En octobre dernier, c'est le sergent d'armes Kevin Vickers qui a tué par balle un homme armé qui était passé devant des agents de la GRC pour entrer dans l'édifice du centre du parlement.

Bien que plusieurs études aient été effectuées sur la façon dont le personnel de sécurité a agi ce jour-là et sur les améliorations à apporter, aucune d'entre elles n'a été rendue publique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer