Les libéraux promettent de démuseler les chercheurs fédéraux

«Si une nouvelle (scientifique) est mauvaise, il faut... (Archives, La Presse)

Agrandir

«Si une nouvelle (scientifique) est mauvaise, il faut quand même la publier, car elle nous aide à prendre les bonnes décisions», estime le député libéral Marc Garneau.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les libéraux s'engagent à mettre fin au musellement des chercheurs fédéraux et proposent la création d'un poste de directeur scientifique responsable d'un portail d'information sur la recherche gouvernementale.

Astronaute et ex-dirigeant de l'Agence spatiale canadienne, le député libéral Marc Garneau a indiqué que le musellement des scientifiques est «inacceptable» puisqu'il empêche que les résultats des recherches au sein du gouvernement fédéral soient dévoilés «de manière objective» par les scientifiques, sans intervention politique.

«Si une nouvelle (scientifique) est mauvaise, il faut quand même la publier, car elle nous aide à prendre les bonnes décisions», a expliqué le député Garneau.

Selon lui, le musellement a commencé lorsque le gouvernement conservateur de Stephen Harper a vu dans les changements climatiques un «complot social», sans vraiment expliquer qui était responsable, a souligné le député Garneau.

Son collègue, le député Ted Hsu, a expliqué que les libéraux prenaient l'engagement de rétablir une relation respectueuse avec les scientifiques.

«Le directeur scientifique donnera des conseils au premier ministre et au cabinet, et s'assurera que la science gouvernementale est accessible, que les scientifiques sont en mesure de parler librement de leurs recherches», a expliqué le député Hsu.

«Climat de peur»

La députée Kirsty Duncan a rappelé qu'un «climat de peur» empêche désormais les scientifiques de communiquer les résultats de leurs recherches, car ils craignent de perdre leur emploi. «Plusieurs scientifiques canadiens ont décidé de quitter le pays pour ces raisons», a expliqué la députée Duncan.

La semaine dernière, plusieurs manifestations ont eu lieu à travers le pays pour dénoncer le musellement des scientifiques fédéraux, une initiative de l'Institut professionnel de la fonction publique. Ce syndicat veut inclure des clauses sur l'intégrité scientifique dans les conventions collectives de ses membres dans le cadre de la présente ronde de négociations avec le gouvernement.

Le ministre d'État aux Sciences et technologie, Ed Holder, a réfuté les allégations à l'égard du musellement des scientifiques fédéraux et a défendu le bilan du gouvernement conservateur en rappelant les investissements faits depuis 2006 dans le domaine scientifique y compris l'infrastructure de recherche, et l'innovation en entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer