Ravignat craint pour la fonction publique

Le député fédéral de Pontiac, Mathieu Ravignat... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le député fédéral de Pontiac, Mathieu Ravignat

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le critique néo-démocrate pour le conseil du Trésor, Mathieu Ravignat, craint que les fonctionnaires fédéraux soient encore ciblés par d'autres mesures de compressions, mardi prochain, dans le budget qui doit permettre au gouvernement Harper d'atteindre l'équilibre budgétaire.

«Ça me surprendrait qu'il y ait de bonnes nouvelles. Comment équilibrer le budget alors qu'on ne connaît pas réellement l'impact qu'aura le prix du pétrole? Ils vont être obligés de couper de l'argent quelque part. J'ai peur que ce soit dans la fonction publique», s'est inquiété hier le député de Pontiac.

Les craintes du député Ravignat sont basées sur le contexte budgétaire actuel et l'idéologie défendue par le gouvernement.

«Je n'ai pas nécessairement de signes spécifiques. Mais si on regarde le contexte et l'idéologie de ce gouvernement, il ne serait pas surprenant de voir des coupures additionnelles. Mais c'est spéculatif», a-t-il admis.

Les conservateurs «doivent» 2,7 millions$

Par ailleurs, le député Ravignat a tourné en dérision la mesure gouvernementale visant à imposer une coupure de salaire de 5% aux ministres fédéraux lorsque l'équilibre budgétaire n'est pas atteint.

La mesure a été annoncée la semaine dernière dans le projet de loi rendant obligatoire l'atteinte de l'équilibre budgétaire, déposé par le ministre des finances, Joe Oliver.

Selon les calculs du NPD, c'est une rondelette somme de 2,7 millions$ que les conservateurs devraient rembourser si la mesure était appliquée rétroactivement à 2006, année de l'arrivée des conservateurs. Le premier ministre devrait à lui seul 100000$, Bev Oda 58000$ et Jim Prentice 35000$. «Nous sommes toujours sceptiques quant à leurs véritables intentions. Mais prenons les conservateurs au mot. S'ils croient réellement en cette loi, qu'ils l'appliquent à leur bilan fiscal», a indiqué le député Ravignat.

Cette mesure a été mise en doute par tous les experts et par le directeur parlementaire du budget, a mentionné le député Ravignat.

Le premier ministre Harper devrait montrer l'exemple s'il veut que les gens le prennent au sérieux, estime le député du Pontiac. «C'est lui qui a décidé de couper les impôts des grandes entreprises et qui a affiché un déficit record de 56 milliards$ en 2009-2010. Il a une belle occasion de s'excuser de sa mauvaise gestion. M. Harper, vous nous devez près de 100000$», a plaidé le député Ravignat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer