La ministre Meilleur préoccupée par le recul du français

Madeleine Meilleur... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Madeleine Meilleur

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le recul du poids démographique des francophones à Ottawa est source d'inquiétude, estime la ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario, Madeleine Meilleur.

«C'est certain que ça me préoccupe. Le pourcentage de la population francophone diminue même si la communauté franco-ontarienne augmente (en chiffres absolus). À Ottawa, la communauté grandit, mais la population francophone n'augmente pas au même rythme. Alors, c'est préoccupant. L'important c'est de garder nos services, garder nos écoles et continuer d'encourager nos jeunes à étudier en français.»

Mme Meilleur commentait les données tirées du Portrait des groupes de langues officielles d'Ottawa et de Gatineau, préparé par Statistique Canada à la demande du commissaire aux langues officielles, Graham Fraser. Les résultats ont révélé que la proportion de francophones est passée de 19,2 % à 15 % dans la capitale fédérale entre 1981 et 2011. En nombres absolus toutefois, le nombre de citoyens dont la langue maternelle est le français a bondi de 104120 à 131299 sur une même période.

Pas question non plus de forcer la Ville d'Ottawa à devenir officiellement bilingue pour mettre un frein au déclin. «C'est à la municipalité de prendre cette décision-là», a-t-elle dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer