Centre Jean-Bosco: le député Ravignat revient à la charge

Depuis que le fédéral a refusé sa demande... (Courtoisie)

Agrandir

Depuis que le fédéral a refusé sa demande de financement, le centre Jean-Bosco planche sur un projet plus modeste.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le néo-démocrate Mathieu Ravignat est revenu à la charge, vendredi, aux Communes, pour réclamer des explications sur le rôle joué par la ministre Diane Finley et l'ancien chef de cabinet du premier ministre, Nigel Wright, dans le rejet de la demande de financement du centre Jean-Bosco de Maniwaki.

«En bout de ligne, ce sont les utilisateurs du centre Jean-Bosco, des personnes handicapées qui tentent de s'intégrer au marché du travail, qui sont les victimes de la mesquinerie des conservateurs dans ce dossier. Est-ce que le premier ministre va finir par expliquer le rôle qu'a joué son chef de cabinet dans ce dossier?» a demandé le député de Pontiac.

Les révélations de Brazeau

Ce dernier a demandé à la Commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique de faire enquête, plus tôt cette semaine, à la suite des révélations faites sur le réseau social Twitter par Patrick Brazeau.

Le sénateur conservateur suspendu laisse entendre qu'une promesse de financement faite en période électorale par l'ancien ministre conservateur et député de Pontiac, Lawrence Cannon, aurait été abandonnée en raison de la victoire du NPD.

«Patrick Brazeau ne prend pas les décisions concernant les subventions sous ce gouvernement conservateur, a répliqué le ministre Pierre Poilievre, vendredi, aux Communes. [...] Il n'est pas étonnant que les néo-démocrates et les libéraux aient besoin d'augmenter les impôts s'ils disent "oui" chaque fois que Patrick Brazeau, ou quelqu'un d'autre demande une contribution.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer